Apple au secours de la neutralité du net ?

Les révélations dans GigaOM d’une alliance Apple/Gemalto destinée à intégrer aux futurs iPhones de nouvelles cartes SIM reprogrammables qui mettent Apple en position de MVNO mondial, lèvent le voile sur l’une des plus grandes batailles industrielles du secteur high tech des prochaines années. (full disclosure : Gemalto a fait appel à moi pour faire la keynote d’ouverture de son cycle de conférence « Identité numérique : risque ou liberté » à la Cantine le 9 novembre prochain).

Aujourd’hui, la distribution d’un modèle de téléphone portable passe par un goulot d’étranglement, celui des réseaux de distribution des opérateurs (lié à leur modèle économique du subventionnement de l’appareil). Sans accord avec au moins l’un d’entre eux, pas d’accès au marché pour les fabricants tels que Nokia, Samsung, Sony-Ericsson, mais également Apple et Google.

Cette contrainte pourrait bien devenir rapidement de l’histoire ancienne pour Apple, pour qui Gemalto, un géant de la sécurité informatique, a développé une carte SIM spéciale, scellée dans l’appareil, susceptible d’être flashée après l’achat d’un mobile, afin permettre au téléphone de se connecter à un réseau ou un autre. Pire encore (pour certains), changer d’opérateur pour faire jouer la concurrence serait particulièrement facilité, et pourrait se faire – techniquement – en quelques clics. Si le pari réussi, c’est la promesse d’une relance spectaculaire de la concurrence entre opérateurs sur l’internet mobile et d’une chute spectaculaire des prix.

Ainsi armé, Apple pourrait vendre seul, via son réseau de distributeurs, ou en ligne, ou dans ses Apple Stores, ses iPhones et ses iPads3G. Il pourrait également pré-équiper tous ses portables afin de leur donner la capacité de se connecter en 3G en achetant des unités dans iTunes, par exemple. Ses clients pourront choisir leur opérateur après leur achat, en quelques clics, et pour peu que les contrats proposés par certains opérateurs ou mvno le permettent, en changer sur un coup de tête.

Cette position de MVNO mondial est un atout marketing et commercial unique, que Google, pas plus que les autres acteurs du marché, ne peuvent égaler. Vous vous en doutez, la carte SIM miracle de Gemalto qui permet de redéfinir le marché des opérateurs mobiles doit être protégée de toutes parts : brevets, et exclusivité (un coup dur pour Orange, qui jusqu’ici a toujours plaidé pour ce genre de choses). Les opérateurs,de leur coté, font, selon Le Monde, d’énorme pressions sur Gemalto chez qui ils se fournissent en carte à puce.

On peut compter sur le marketing d’Apple pour faire de cet atout une véritable barrière à l’entrée sur un marché qu’ils s’apprêtent, une fois de plus, à redéfinir.

Orange, SFR, et d’autres grandes maisons telles que ATT, Verizon, Deutsche Telekom, Vodafone et Telefonica ont été convoqués à Cupertino afin de se faire expliquer par Steve Jobs à quel sauce ils allaient être mangés. Selon Les Echos :

Dans le monde selon Steve Jobs, les opérateurs ne sont guère plus que des responsables de la maintenance d’un réseau de tuyaux, doublés de banquiers qui pourraient subventionner son téléphone.

Neutralité du net sur les réseaux mobiles : changement de paradigme ?

Alors que beaucoup pensaient la Neutralité du Net condamnée – au minimum – sur les réseaux mobiles, voilà qu’Apple, en annonçant un renouveau de la concurrence entre opérateurs, en fait un potentiel avantage concurrentiel. Si la communication sur la Net Neutralité est réussie, et que, comme pour Hadopi, il se détache clairement des voix d’experts, susceptible de distribuer le bons points et de désigner les moutons noir, l’équation de la net neutralité serait re-écrite en profondeur.

Le plus ironique dans l’histoire serait de voir un acteur connu pour ses technologies propriétaires et sa vision plutôt fermée de l’informatique, Apple, venir au secours de la neutralité du net. Pour être vraiment honnête, ce secours porté à une juste cause n’est très certainement qu’un effet secondaire d’une gigantesque bataille industrielle qui s’annonce.

Des logiques industrielles antagonistes

Là où Apple continue dans l’intégration verticale destinée à concentrer la valeur sur le hardware, quitte à vider de sa substance la valeur jusqu’ici apportée par les contenus, les opérateurs internet et mobile, eux, sont dans une autre logique d’intégration verticale, parfaitement incompatible avec la vision d’Apple, celle de la fusion de l’industrie des contenus et des opérateurs internet. SFR-Vivendi en tête, avec Orange pas loin (rachat de TF1 en vue ?), nulle part mieux qu’en France ne s’illustre cette stratégie industrielle.

Cette logique d’intégration des contenus et des tuyaux, que redoutent tous les partisans de la neutralité du net, est déjà une réalité chez nous. SFR + Vivendi, ainsi que les mouvements en cours chez Orange, sont une parfaite illustration de cette vision particulière des NTIC, radicalement opposée à celle d’Apple.

Pour mémoire, la relation avec le consommateur était évoquée ainsi par Didier Lombard, ex grand patron d’Orange, lors d’un récent entretien avec Forbes :

« Notre atout principal, c’est notre relation avec les consommateurs »

Les deux coalitions, Apple-Gemalto d’un coté, les industriels tuyau/contenus de l’autre, sont désormais engagés dans une guerre titanesque, et surprise, l’Europe est le territoire qu’à choisi Apple pour livrer sa première bataille. Ca va saigner.

La France a toutes les chances d’être au centre de cette bataille. Les opérateurs y ont (pour beaucoup) une image déplorable et Apple y possède une fan-base très forte. Apple et ses alliés ont beaucoup à gagner de la situation hyper conflictuelle qui oppose l’Etat et les entreprises qu’il (ou qui le) contrôle à une masse sans cesse grandissante d’internautes effrayés par les perspectives offertes par Hadopi.

Les partisans du Net Libre verront certainement dans Apple un allié parfaitement incongru, mais comme ils sont en ce moment sous le feu nourri de la guerre que leur livre l’Etat, tout renfort devrait être le bienvenu. Les ‘intégristes’ répliqueront que cela consiste à choisir entre la peste et le choléra, la réalité est plus nuancée. Au minimum, il s’agit en fait de choisir entre la peste, qui met quelques années à dévaster un territoire, et ébola, qui extermine tout en une semaine. La peste à l’avantage d’offrir un sursis.


Recommandez cet article à vos amis

et rejoignez nous sur Facebook et Twitter...



48 commentaires pour cet article

  1. jmax

    Tout ceci ne dit pas comment procéderait Apple avec un abonné via son réseau. Est ce que l’abonné utilise n’importe quel opérateur de manière transparente et Apple se charge d’acheter des minutes en très grande quantité auprès de chacun des opérateurs et à prix cassé ? Qui fera le banquier qui subventionne le téléphone à hauteur de presque 600€ ? Si Apple est tout seul à procéder ainsi, comment va t’il résister à la poussée très forte des téléphones Android et à la désormais hostilité des opérateurs qui pourraient pousser la vente de ces téléphones Android en réduisant leurs marges ?

  2. Pierre

    L’idée d’Apple est excellente, elle devrait accélerer la capacité à faire de la voix sur IP à partir des téléphones mobiles et casser le modéle économique actuelle des opérateurs. Je pense que cela va accélerer aussi la mutation des opérateurs télécoms. Reste la question de qui va investir massivement dans le réseau sachant que la marge sera très faible, l’état?

    @jmax il n’est pas simple de vendre des téléphones sans boutique physique comme le montre bien l’exemple du nexus one de Google. Apple doit esperer que son image de marque est actuellement si forte que les gens iront dans les rares boutiques Apple ou sur apple.com pour acheter le téléphone de leurs reves. Pour la partie subvention, Apple aurait 50 milliards de $ en caisse ce qui doit leur laisser une grosse marge de manoeuvre dans ce domaine.

    Je ne sais pas non plus si les états européens apprécieront de voir Apple raffler le marché des téléphones: Apple ne paye pas beaucoup d’impot en France par ex au contraire d’Orange/SFR/Bouygue.

  3. Fabrice Epelboin

    @jmax

    Est ce que l’abonné utilise n’importe quel opérateur de manière transparente et Apple se charge d’acheter des minutes en très grande quantité auprès de chacun des opérateurs et à prix cassé ?

    Aucune idée, ça c’est l’hypothèse du Figaro, rien ne permet d’affirmer ça pour l’instant.

    Qui fera le banquier qui subventionne le téléphone à hauteur de presque 600€ ?

    Seul Apple pourrait faire cela, en tout cas, certainement pas les opérateurs. Ceci dit, ce n’est pas du tout une subvention, mais un transfert. Ce que l’on ne paie pas sur le téléphone, on le paie en communication surtaxées.

    Si Apple est tout seul à procéder ainsi, comment va t’il résister à la poussée très forte des téléphones Android et à la désormais hostilité des opérateurs qui pourraient pousser la vente de ces téléphones Android en réduisant leurs marges ?

    En étant plus performant, et surtout, en donnant accès à un prix voix et data sans commune mesure avec ce que les autres pourront offrir, en particulier si certains opérateurs, sous le poids de la concurrence, se mettent à offrir la neutralité du net sur mobile, et donc la VoIP.

    @Pierre

    Reste la question de qui va investir massivement dans le réseau sachant que la marge sera très faible, l’état?

    Mouis… enfin, l’argument de l’investissement, on a vu ce que ça donnait :
    1) on a les communications mobiles les plus chères du monde, et à Paris, la 3G est pourrie (je ne parle même pas de la province)
    2) on a les forfaits internet les moins chers de la planète ou presque, et on est l’un des pays les plus en pointes en matière de haut débit.

    Qu’il y ait un rapport entre prix de vente et investissements en infrastructure, certes, mais ce n’est pas aussi simple, ces deux faits le prouvent à eux tout seul. Les monopoles ne sont pas les seules façon de maintenir une infrastructure, et encore moins de la faire évoluer en performance…

  4. morty the reaper

    Je vois pas en quoi Apple va aider à la neutralité du net. Apple est sur une stratégie « licence propriétaire » et en maitrise verticale, dire que le consommateur sera libre de choisir son mvno pourvu qu’il persiste à acheter par le canal exclusif de itunes n’est en rien une ouverture.
    Le seul truc qu’Apple propserait serait les conditions de sortie sans préavis d’un contrat d’abonnement auprès d’un Telecom à moins de sortir une solution de prépayée (à quel tarif ?).
    La neutralité serait plutot pour moi du Symbian sévèrement réécrit uploaded, du android (aller le petit rêve du lundi android sur un apple 3G, chiche ?) la possibilité de mettre ce que l’on veut dans SON’appareil acheté. That all.

  5. Fabrice Epelboin

    @morty

    je sais, je sais, c’est pas facile à admettre, et – tu me pardonnera l’expression – ça fait mal au cul, mais c’est le cas. Je ne vais même pas démonter ton argumentaire, on dirais que tu a été infecté par une espèce de virus de la neutralité des terminaux ;-). Relis la partie sur la net neutralité, et dis toi bien qu’en temps de guerre, tout allié est bon à prendre (peste, choléra, ébola, tout ça).

  6. Dominique Rabeuf

    Les opérateurs détenteurs des réseaux physiques mobiles ne pourront pas faire obstacle à l’achat de services de transport. Reste à négocier plutôt que d’aller aux procès.

    Apple ouvre une brèche dans laquelle les autres fournisseurs de terminaux s’engouffreront. Au fait, regardons une vitrine d’opérateur, se sont les terminaux qui sont mis en avant.

    Reste au MVNO à assumer des obligations légales en matière de services comme la transparence de la facturation et surtout la mise en place d’un service client non virtuel.

    L’équipement de terminaux avec des systèmes, non seulement de carte SIM dynamique, mais aussi de dispositifs sécurisant les connexions et surtout les transactions sera un plus non négligeable face aux multiples failles découvertes périodiquement sur les terminaux actuels.

    Imaginons ensuite un accord avec les banques pour une carte de paiement + +.

    Les grandes oreilles ne vont pas apprécier les possibilités de cryptage induites et les difficultés de traçabilité de l’abonné virtuel.

    Sur TTT Trafalgar en vue pour les opérateurs ?

  7. Dominique Rabeuf

    Hep c’est quoi cette heure sur RWW France ?

  8. Fabrice Epelboin

    @dominique

    Arg… faut que je passe mon serveur à l’heure d’hiver !!! Purée… Si je fais ça maintenant, ça risque de mettre un bordel monstre dans l’ordre des commentaires… Ce sera pour cette nuit :-) Merci de m’avoir prévenu ;-)

  9. Pierre

    @fabrice

    pour ce que j’en sais:

    internet: gros tuyau, pas cher a mettre en place en zone dense, forte concurrence (sur le reseau). pleins d’acteurs en France de la sncf en passant par des sociétes qui ne font que ca. a noter que chez les opérateurs, internet n’est pas vraiment rentable; par exemple les services ajoutés qui permettront (permettraient) de rembourser l’investissement sur la fibre ne m’ont pas l’air tros crédible à date.

    mobile: qualité du réseau mauvaise en France OK et moi qui suit en province, disons inutilisable; pour moi internet sur mobile c’est pour dans le futur, quand la voie marchera comme il faut :( Apple va-t-il changer cela? qu’est ce qui pousserait un opérateur ou un autre acteur à construire du réseau de meilleur qualité?

    si le marché du réseau mobile (zone dense ou pas) était rentable voir juteux, on verrait apparaître des sociétés qui ne feraient que cela hors je n’en vois pas.

  10. h16

    Billet très intéressant. Cependant, compte-tenu des sommes en jeu et de la puissance des opérateurs, notamment en France, je ne serai pas surpris de voir l’ensemble de l’affaire prendre un tour disons … législatif/lobbyisé.

  11. Fabrice Epelboin

    @Pierre

    qu’est ce qui pousserait un opérateur ou un autre acteur à construire du réseau de meilleur qualité?

    La concurrence ? ;-)

    si le marché du réseau mobile (zone dense ou pas) était rentable voir juteux, on verrait apparaître des sociétés qui ne feraient que cela hors je n’en vois pas.

    Free ? ;-))

    @h16

    je ne serai pas surpris de voir l’ensemble de l’affaire prendre un tour disons … législatif/lobbyisé.

    C’est un euphémisme :-) C’est une véritable guerre à laquelle on va assister, mais Apple a pour lui la coolitude (pas chez les pro open-source/transparence, etc, mais c’est une niche), il a pour lui une force de frappe en com’ considérable, et il peut se mettre dans la poche pas mal de monde.

    Gemalto, l’allié d’Apple dans cette guerre, fait son cycle de conférence à La Cantine, et m’a demandé à moi, spécifiquement, de faire la keynote d’ouverture. Hasard ? Je ne pense pas…

  12. Loic Nageleisen

    « [Apple est] connu pour ses technologies propriétaires et sa vision plutôt fermée de l’informatique ».

    Je me permet de contester avec énergie, et je démontre:

    - Mac OS X a en son coeur le projet open-source Darwin, combinaison du noyau Mach, de *BSD et d’IOKit. Mach et IOKit, bien que « in-house », sont pourtant open-source
    - les travaux sur GCC (licence GPL), LLVM (licence BSD) et Clang (licence NCSA) sont régulièrement reversés à la communauté, notamment certains gros cadeaux comme les blocks C
    - La technologie Push d’iOS est en réalité une partie d’XMPP
    - Le « protocole » FaceTime est en réalité un ensemble de protocoles parfaitement standards et ouverts.
    - Apple a mis en avant des standards normatifs de contenu tels que MPEG-4 (conteneur, AAC et AVC)
    - c’est Apple qui a été l’un des gros moteurs de l’achat de musique en ligne libre de DRM
    - Apple met en avant HTML5 plutôt que Flash et Silverlight
    - mise en avant de technologies ouvertes comme OpenGL il y a 15 ans et OpenCL aujourd’hui
    - Ethernet, USB et Firewire, bien que standardisés, ne sont apparus par défaut sur les PC que bien plus tard

    Et c’est ce qui me vient à l’esprit en quelques minutes à peine…

    D’un autre côté Apple défend un certain nombre de ses innovations (MagSafe) et a des produits (l’ »autre » partie d’OSX, iTunes, iLife, iWork…) et bibliothèques (Cocoa) propriétaires mais à mon sens c’est plutôt légitime et de bonne guerre. Si je veux plus ouvert, je prend un Linux. Honnêtement, le nombre de boîtes à cette échelle plus ouvertes qu’Apple se compte sur les doigts d’une main.

    De ce fait ce dernier coup ne me surprend pas le moins du monde. Ça remettra les opérateurs de téléphonie mobile à leur place: celle d’OPÉRATEUR. Et tant mieux pour la neutralité du Net.

  13. Fabrice Epelboin

    @Loic

    Je pourrais vous répondre que Apple est un gros leecher de l’open source, même s’il participe, philosophiquement, il est aux antipodes, ceci dit, ce n’est pas l’enjeu du débat de ce billet, je vous renvoi à celui-ci (discussion interessante, ceci dit)

    http://rww.zergy.net/2010/02/23/a-la-une/jour-apple-cesse-etre-sexy/

  14. l'Ours

    Cela semble faisable mais quid des subventions des opérateurs ? Entre un iPhone bloqué à 49 Eur et un débloqué à 600 Eur, les gens ne vont-ils pas continuer à changer leur tel tous les ans ou tous les deux ans maxi ?

  15. Pierre

    @fabrice

    la concurrence devrait pousser au développement d’un meilleur réseau. La qualité est mauvaise, on en déduit le fait que la concurrence n’est pas assez forte ?

    Un des freins est le fait qu’il faut le partager. Je pense que ce qui pousserait au développement des réseaux ca serait une meilleur marge sur ce réseau à moyen terme. La concurrence fonctionnera si elle apporte son lot d’exclusivité. Un acteur investira s’il peut utiliser de maniére privilegié ce réseau, si c’est pour en donner l’accés à Apple avec une faible marge définie par l’état ca ne doit pas les motiver beaucoup. Si je me souviens bien la CEE pousse à séparer transport et services aussi dans le monde des télécoms.

    Quand à Free, on saura bientôt quel type de réseau ils vont déployer… ou utiliser celui des autres? J’en acheterais bien un quand il sera disponible dans ma petite ville :)

  16. Fabrice Epelboin

    @L’Ours

    Dans la logique qu’Apple veut imposer, le modèle du subventionnement de l’appareil est mort (à moins qu’Apple le fasse lui même). Le challenge est donc d’otenir des réduction subtancielles sur le prix des communication afin que le consommateur s’y retrouve. Faisable, surtout avec un mix Wifi/Edge/3G transparent pour l’utilisateur, de la VoIP…

    @Pierre

    La concurrence pas assez forte ? Ben en tout cas, c’est l’avis de la commission Européenne qui a lourdement sanctionné Orange/SFR/Bouygues pour entente illicite sur les prix, ainsi que pour le prix prohibitif des sms.

    Pas sur (du tout) de vous suivre sur votre opposition à la logique du partage/dégroupage, il n’y a qu’à voir ce que ça donne aux USA (où il n’existe pas de dégroupage/partage) pour se convaincre que cette option choisie par l’Etat apporte son lot d’avantages, notamment en ce qui concerne les investissements en infrastructure, du fait que les situations de monopole locales sont plus difficiles en France qu’aux USA, où c’est monnaie courante en dehors des grandes villes. Je suis d’avis que les opérateurs télécom sont devenus une menace pour la démocratie, et qu’il faut, si ce n’est les réduire à néant, du moins les remettre à leur place.

  17. ravaged

    Où est la neutralité, quand il faut choisir une marque et pas les autres, que ce soit Apple ou une autre?
    Où est la neutralité, alors que comme tu le dis « Apple et ses alliés ont beaucoup à y gagner ».
    Vu la concurrence que cela va amener, c’est une très bonne nouvelle pour le consommateur. Mais Apple le fait pour mieux vendre ses terminaux, on ne peut pas, pour moi, parler ici de neutralité.
    Les opérateurs francais (3 bientôt 4) peuvent-ils se mettre d’accord pour boycotter cette nouvelle puce?

    Merci et bonne journée.

  18. Pierre

    @fabrice

    les sanctions de la CEE ne sont pas assez fortes; je n’ai pas vu de modifications sensibles des prix depuis ces amendes.

    je n’ai pas d’opposition sur le partage/degroupage: ce qui me semble sain

    * 1 equipement unique par zone physique, pas la peine d’avoir des antennes sur tous les toits
    * 1 deploiement sur tout le territoire, actuellement c’est a peu pres le cas sur internet mais clairement pas sur mobile
    * 1 marge raisonnable des opérateurs telcos sur les services consideres comme de base (la voie, les sms, l’acces a internet sur mobile) et un libre choix sur les prix pour les autres services (TV sur mobile and co, paiement …)
    * des impots associés équitablement payés par les societes qui vendent des services sur internet et/ou mobile (Google par ex, recemment pointé du doigt)
    * une regulation qui suit ce qui se passe et qui n’a pas 10 ans de retard

    Quand au role des telcos en tant que menace pour la démocratie, pourquoi eux plus que Google qui lit nos mail et enregistre toutes nos activites ou un Apple qui utilise votre GPS pour profiter vos publicités?

    Je partage votre avis sur le fait que le marché telco mobile en France n’est pas assez concurrentiel. Et je pense aussi qu’il faut le réguler un peu plus. Mais de la à laisser carte blanche à un Apple ou un Google qui ne sont des oies blanches je crois qu’il faut y reflechir.

  19. Fabrice Epelboin

    @ ravaged

    Je comprends, mais en même temps, n’est-il pas plus intelligent de faire contre mauvaise fortune bon coeur avec un allié de circonstance, qui certes fait sa pour sa pomme et pas pour le bien commun, mais qui malgré tout nous permet d’avancer sur le terrain de la mise en concurrence des opérateurs, ce qui, mathématiquement, fera avancer la carte de la neutralité du net (c’est un effet de bord pour Apple, là dessus, on est d’accord)

    @Pierre

    Pas du tout d’accord pour taxer les entreprises (que ce soit Google ou autre), non pas par conviction libérale, mais c’est la porte ouverte à la priorisation de signaux et ce genre de dangers pour la net neutralité. La seule solution, c’est de faire payer le consommateur final, tout autre piste abouti à la mise en danger de le neutralité du net (je sais, c’est un peu une obsession ;-)

    Après, que l’Etat subventionne via l’impôt, des tarifs sociaux pour l’accès internet, là, je n’ai rien contre, bien au contraire…

  20. LordPhoenix

    Ça me donne plutôt l’impression de devoir choisir entre la peste et le choléra…

  21. Fabrice Epelboin

    @LordPhoenix

    Tout mon point consiste à dire que ce n’est pas la peste ou le choléra, mais la peste ou ébola, avec SFR/Orange/Bouygue dans le rôle de l’ébola de la net neutralité. Au moins, avec la peste, on a un peu de temps pour se retourner ;-)

  22. blog bretagne

    APPLE allié du net libre et de la neutralité de l’internet… pas certains, APPLE va sans doute signer des accords avec les autres acteurs de ce business pour éviter d’offrir la neutralité sur les réseaux mobiles. J’imagine mal cette entreprise effrayer ses actionnaires en se déclarant allié du monde libre et de la neutralité.

  23. Fabrice Epelboin

    @blog bretagne

    Ils l’ont déjà fait, et ça avait séduit la bourse à l’époque…

    (ça reste de la com’, on est d’accord, ce n’est ni un engagement philosophique, ni une prise de position politique, mais encore une fois, c’est mieux que rien)

  24. Étienne

    Je ne vois pas d’un si bon oeil la démarche d’Apple. Il s’oppose peut-être à ceux qui voudraient se rendre maître des tuyaux et des contenus, mais sa démarche, depuis des années, consiste à dominer les matériels et les contenus (Ex: iPhone et les « Apps »). Est-ce beaucoup mieux ?

  25. Fabrice Epelboin

    @Étienne

    Beaucoup mieux ? Non. Un peu mieux ? Probablement. Moins pire ? Certainement…

  26. Marmouset

    J’ai du mal à voir Apple en tant que chevalier qui défend la neutralité, en tant que consommateur je vois l’intérêt à maintenir un équilibre des forces plutôt que de favoriser l’émergence d’un seul acteur hégémonique.

  27. Fabrice Epelboin

    @Marmouset

    Apple N’EST PAS le chevalier blanc qui défend la net neutralité, ce n’est qu’un effet de bord de sa stratégie industrielle, et une aubaine (ou plutôt un sursis) pour ceux qui défendent la neutralité du net.

  28. Brewenn

    Quelle gueule de bois, quand les Européens vont se réveiller, trop tard le gamin qui fustigeait IBM et ses ambitions de big brother sera devenu calife à la place du calife.

  29. Histoire

    D’ailleurs, aussi… pourquoi une «carte SIM» ? Pourquoi une puce (sur une carte) qui n’est pas fixée sur le téléphone ?

    Je ne m’étais jamais posé la question…

    J’imagine que c’était pour pouvoir changer facilement de téléphone, et pour stocker des informations (à une époque où les cartes mémoire n’existaient pas).

    Et fait, c’est une sorte de «dématérialisation» : après le CD, le DVD, c’est au tour de la carte SIM.

  30. Fabrice Epelboin

    @Histoire

    Avec les opérateurs internet dans le rôle des maisons de disque, oui, c’est tout à fait ça ;-)

  31. Blogquerty

    Ce dont vous parlez Fabrice, me semble fort être une révolution d’ingénieur.

    Cependant, n’est-ce pas là tout le problème? Les révolutions d’ordre technologique découlent d’une invention qui se propage. Hors il semble s’agir là d’une évolution d’ordre technique, une dématérialisation de la carte SIM de nos chers téléphones.

    Hors, les téléphones pouvant accéder à plusieurs réseaux existent déjà: que ce soit les portables (rares maintenant capables de supporter plusieurs cartes SIM, ou bien même le fait que nos portables savent aujourd’hui reconnaitre les réseaux qu’ils captent). Je ne suis pas ingénieur, mais passer d’une puce amovible, à un code (par exemple) que l’on doit rentrer dans un téléphone qu’il connaisse son numéro et opérateur ne me parait pas une prouesse technique!

    Je m’égare cependant: je disait que vous parliez d’une révolution d’ingénieur, malheureusement de telles révolution sont souvent amenées à l’échec de par le cadre au sein duquel ces ingénieurs travaillent. Apple est une entreprise, comme toute entreprise son but est de faire des bénéfices. Les questions d’ordre moral ou éthique ne peuvent dicter sa stratégie d’évolution. Pour de telles sociétés, les aspects éthiques qui touchent leur produit ne sont qu’un autre aspect de leur stratégie marketing.

    Par conséquent, on fait bien de parler de choléra, de tels objectifs louables tel que la neutralité du net ne peuvent qu’être faussés dès la mise en place de leur chère nouvelle puce. Et ce, par les moyens dont il a été discuté plus haut. Et je dit faussé, mais c’est pour commencer: tu dit sursis? Je dit Neurasthénie immédiate suivie, dès que la politique marketing de l’entreprise change (et elles changent toujours, en fonction de l’évolution de la concurrence), d’un passage au déchiqueteur tels ces documents dont on ne veut même plus que leur souvenir subsiste!

    Vous l’aurez compris, je ne pense pas qu’il s’agisse là d’un problème de matériel, mais bien de décision politique d’un côté, et d’application de la part du gouvernement de l’autre.

    Je m’explique: je parle d’application de la part du gouvernement en pensant à la commission chargée de punir les ententes. Si les marques n’ont pu à ce jour proposer ce qu’Apple souhaite proposer en partie, il me semble que ce soit du fait que d’un coté le gouvernement n’ait pas facilité l’émergence de telles offres, et que les opérateurs de téléphonie ne les aient refusées tacitement puisque cela va à l’encontre de leurs stratégies.

    Pour moi, tout le problème vient du fait que le développement du réseau revient au gouvernement (ce qui permettrait d’éviter la redondance des points d’émission), le transport est le problème des compagnies qui louent ce réseau physique, et le terminal celui des société qui le fabrique. Le hic vient du fait qu’Apple à une politique de développement vertical, et que ce développement s’arrête au même endroit que son intérêt financier. Autant dire qu’avec un réseau développé dans les zones à forte densité, et un réseau mal développé autre part, la situation ne risque pas de changer. A mon entendeur, ils se borneraient au maximum d’entretenir le parc de relais existant!

    En conclusion, rien de nouveau sous le soleil, seul un pêt médiatique a l’odeur de pomme. Qu’il y ait guerre financière, je n’en doute pas. Ce ne sera ni la première, ni la dernière. La solution reste d’avoir des commissions qui font leur travail, et des hommes politiques éduqués sur les problématiques éthiques entrainés par les nouveaux développement de l’informatique…

    Lisez de la Science-Fiction messieurs les députés, peut-être que vous serez moins dépassés!

  32. Fabrice Epelboin

    Prenons garde, ceci dit, à ne pas perdre de vue une autre révolution d’ingénieur : Gutenberg ;-)

  33. freedom

    Ni peste, ni choléra, ni rhume des foins.
    Je n’ai jamais eu de portable, je suis libre gratuitement et gratuitement sans contraintes (chiasme). Ah ! Cornegidouille ! Si les gens prenaient conscience de leur force face à la faiblesse des fabricants de besoins de tout poil !
    Être libre, c’est choisir, et choisir, c’est renoncer : c’est pour cela que c’est si difficile d’être libre, ne nous le cachons pas : http://ecologie.blog.lemonde.fr/2010/05/28/lipad-est-anti-ecologique/

    Je réponds par avance à d’inévitables et justifiées objections : je ne suis pas un ennemi de la modernité ; j’utilise des ordinateurs depuis 31 ans et Internet depuis 16 ans, quand tout le monde me demandait alors à quoi ça pouvait bien servir. Sauf que je suis à ma 3e bécane en 30 ans. Et ça va bien comme ça ! La preuve j’ai pu écrire tout ça.

    Salutations d’un (modeste) 6 milliardième et demi de l’humanité

  34. Blogquerty

    Pas besoin de remonter aussi loin.

    On sent bien là quelqu’un dont les pensées rejoignent celles de benjamin bayard auquel cas il suffit de remonter à l’essor d’internet et des pc (acronyme de Personal Computer, n’en faisant donc en aucun cas synonyme d’un système d’exploitation. Mais je disgresse une fois de plus:o) dont l’avènement découlent logiquement du développement du transistor, du désir d’échanger des informations des militaires et des universitaires. Appliquez à tout ceci la loi de Moore et vous avez la situation actuelle ;-)

    Cependant, nous sommes ici loin d’une révolution d’ordre technique, en dehors du fait que nous recevons encore les échos de celle engendrée par l’avènement de l’ère informatique.

  35. gut

    Les opérateurs ont été surpris par le modèle de l’apple store qui tue leur services associés. Résultat, après avoir loué l’iphone, ils font un gros forcing sur l’android (demain sur Winphone 7) où ils un peu plus la main (effet de bord de l’aspect opensource de l’android). Résultat la Mise à niveau du Nexus One a du retard, SFR traine.

    Voilà donc la réponse d’Apple. Je suis sûr que beaucoup de MVNO seraient ravi d’avoir Apple à leur catalogue. Je n’ai jamais compris comment un MVNO pouvait vendre à ces clients un abonnement moins cher que l’opérateur à qui il loue le réseau.

  36. Bunam

    Et quelqu’un a pensé a l’avantage du roaming ?
    quand on change de pays on douille avec apple nvmo mondial plus de frais de roaming !

  37. deadalnix

    apple think different

  38. Clovis

    @Freedom Sans t’accuser aucunement de refus de modernité, comment fais-tu pour être joignable lorsque tu n’es pas chez toi?
    Il est possible de trouver facilement des téléphones neuf débloqués à partir de 50€ (qui peuvent montent jusqu’à plus de 600€ pour les derniers cri) et des forfaits sans engagement chez plusieurs opérateurs et souvent bien moins cher que chez SFR/bouygue/Orange, au hasard, il y a 38 opérateurs recensés ici: http://fr.wikipedia.org/wiki/Relev%C3%A9_d%27identit%C3%A9_op%C3%A9rateur
    Donc même sans participer à la course aux derniers gadgets hors de prix, il est tout à fait possible d’avoir un cellulaire et de ne pas être enchainé chez un opérateur.

    Pour en revenir au sujet du billet, le soit disant goulot d’étranglement de la subvention du portable, c’est un peu de la connerie. En boutique, oui, évidement que c’est pratiquement impossible d’acheter du neuf débloqué mais sur le net, c’est une autre histoire.
    Et j’avoue avoir un gros doute sur cette puce reprogrammable à volonté si ça l’est par l’utilisateur, n’y a-t-il pas là création d’un risque de grandement faciliter l’usurpation de compte téléphonique?

  39. Fabrice Epelboin

    @Clovis

    Le goulot d’étranglement, c’est le réseau de distribution des opérateur qui est imposé pour avoir accès au marché, par le modèle éco deu subventionnement. Pour ce qui est de tes doutes, il faut tout de même prendre en compte que Gemalto est l’une des plus grosse société de sécu informatique et le leader mondial des carte a puce. A priori c’est safe, d’autant que la sécu doit pouvoir être gérée par le téléphone qui peut updater son OS assez facilement. Pas de crainte particulière de ce coté, d’autant qu’au jour d’aujourd’hui, un téléphone n’est pas un papier d’identité…

  40. didi

    hello,

    pourquoi tant d’emballement ?
    l’article est pourtant clair: il ne s’agit pas pour apple de se lancer pour devenir MVNO (ce qui serait une belle connerie de leur part) mais simplement de modifier légèrement le modèle de distribution:
    - on achète le mobile, et on choisit l’opérateur de son choix dont les paramètres sont flashés sur le mobile. Basta.

    Ca n’enlève rien:
    - aux contraintes des contrats et durées d’engagement
    - il y a une grosse grosse contrainte: le particulier doit d’abord débourser le montant du terminal pour ensuite éventuellement se faire rembourser des montants différents en fonction de l’opérateur. Pour moi donc ce modèle restera marginal. A moins qu’apple décide de le subventionner lui même … (donc on l’achète directement avec la subvention) j’y crois moins: quid des différences entre opérateurs sur les montants subventionnés … ?
    - Par ailleurs en faisant cela ils se marginalisent des réseaux de distribution existant (les phonehouse, boutiques d’opérateurs …), réduisant drastiquement le choix des acheteurs.

    >> Acheter un iphone deviendra donc un choix très très « fort » pour un consommateur.
    On retombe dans l’iphone produit positionné à la « apple », beaucoup moins mass market, mais plutôt device de bobo friqué et exigeant. « non seulement j’ai un mobile différent, avec un os différent, un appli store différent, mais en plus je l’ai acheté différemment »

    Pour résumer: je crois que l’annonce sera beaucoup moins spectaculaire que certains l’attendent …

  41. back to basics

    Fabrice, je ne serais pas aussi catégorique sur « Gemalto ==> c’est safe ». Passer d’une carte physique avec un hardware + software validé par l’opérateur et des algorithmes personnalisés par opérateur à un modèle où tout est uploadé over the air avec tous les algos opérateurs détenus chez un seul acteur, c’est clairement moins « safe ». Surtout pour l’utilisateur qui ne peut plus sécuriser ses données en les enlevant d’un téléphone.
    « un téléphone n’est pas un papier d’identité… » ==> pas sur qu’Apple pense comme toi. N’ont-ils pas investi dans le NFC (brevets récents, recrutements). Gemalto étant aussi positionné sur le créneau du NFC et de l’identité avec notamment une solution de signature et d’identité mobile…Bref, je perds mon téléphone avec ma SIM intégrée dedans, pourra t-on ouvrir mon appart, signer électroniquement un contrat et payer au restaurant sur mon compte? sans doute..

    Pour info, les normes GSM stipulent que la carte SIM doit être extractable par l’utilisateur

  42. Fabrice Epelboin

    disons alors que Gemalto c’est sérieux. La sécurité informatique sûre à 100% ça n’existe pas ;-)

  43. Brewenn

    Dans l’optique de l’iPhone comme moyen de paiement.

  44. Freedom

    @Clovis

    Et bien,justement, j’apprécie de ne pas être joignable à chaque seconde de ma vie. Disons que c’est une éthique personnelle, un rapport différent au temps, à l’absence, plus libre, je crois. Le mobile est une belle invention, indispensable pour certaines catégories de la population. Mais j’estime que pour la plupart des gens, c’est un fil à la patte et un besoin très habilement créé de toutes pièces. J’ai toujours une carte téléphonique dans mon porte monnaie dont je ne me sers qu’en cas de nécessité absolue.

  45. Gemalto?

    Fabrice, quelle était la position de Gemalto sur ce sujet lors de la conférence que tu as animé pour eux hier? Sur l’identité numérique?
    Avec une SIM scellée dans l’iPhone, comment protéger mon identité? Une solution purement logique n’étant pas à l’abri des failles (vs physique + logique)

  46. Fabrice Epelboin

    La position était assez simple : « no comment » :-)

  47. Pascal Toulouse

    Mac User depuis l’avènement du système 9.2, je me dis que le goût de la pomme à bien évolué.
    Il est tantôt sucré de confort, tantôt trop acidulé lorsque je pense à l’antennagate de mon 4G.
    Il n’est plus l’essentiel : l’équilibre des forces en présence.

    Fan convaincu de la pomme depuis 10 années, j’aimais faire parti de la minorité absolument négligeable qui me permettait sans esbrouffe de jouir d’un vrai confort d’utilisation, d’une SAV pommé bien à l’écoute très occupé à reconquérir le marché qu’elle avait eu tord de ne pas expertiser comme il se devait.

    Ses efforts ont porté leurs fruits, la position qu’elle occupe aujourd’hui plus qu’enviable ne lui faisant que pousser plus loin ses désirs de conquête en monopolisant toute ses ressources, délaissant ce qui en soit est sa marque : la fiabilité. L’antennagate est le plus bel exemple en date.
    Apple aurait dû rappeler tous les iPhones 4G pour en modifier les antennes quitte à devoir payer un coût important qu’elle pouvait et peut se permettre d’assumer.
    Après tout les 4G ne sont pas bradés, pourquoi a t elle bradé son SAV en offrant des Bumper ? C’est un vice de fabrication qu’elle aurait dû dignement assumer.
    Mieux : depuis fin septembre elle mégote sur le prix de ses bumpers SAV d’environ 10 euros/unité.
    Fini les bumpers Griffin et autre coques plus protectrices de l’arrière de l’iPhone, aujourd’hui ne sont envoyés aux malheureux clients que des « anneaux » sans protection de la fragile partie arrière qui elle se raye…

    A ne pas s’en cacher : Pour Apple c’est « Money is money ». Rien ne l’empêchera de faire que Microsoft et Google dont le modèle économique était la gratuité ne pouvait lutter qu’avec…La gratuité.

    Que dire des opérateurs?
    Qu’ils ne récoltent que les fruits de leur immobilité, de leur manque d’innovation, de leurs condamnations pour entente illégale sur le dos des consommateurs abonnés.
    Que dire de leur tuyaux aujourd’hui bien amortis, qu’ils n’ont su moderniser en 4G ou autre protocole plus puissant?
    Il ne sont en aucune manière blâmables, ils ne récoltent que les fruits qu’ils ont semé alors qu’ils se savaient sur un marché mondial de la communication à l’image des opérateurs internet qu’ils sont tous devenus.

    Alors oui, la concurrence doit les placer comme simples loueurs de tuyaux et s’il n’en sont content, qu’ils y réfléchissent et pondent innovations diverses.

    Pour finir l’équilibre des forces en présence est précaire, n’existe plus vraiment. Tout se joue entre Apple et Google, il n’y a pas d’alternative crédible, pauvre Microsoft. Pauvre de nous qui devront choisir entre la peste et le choléra et quand bien même le temps offert sera plus important que le choix d’un ébola, les jeux seront faits faute d’alternative Open Source gratuite.
    Avec moins de 10% de parts de marché Apple génère un CA égal à celui de Microsoft.

    C’était peut être bien cet égémonie à la Crochauft, celle là même pour laquelle je m’époumonais à hurler qu’elle était anormale.

    L’égémonie de la pomme arrive, n’en doutons pas, un jour lointain elle s’arrêtera également comme toutes les positions monopolistiques.
    Mais en attendant, il faudra composer avec, même avec de gros poumons, il ne servira à rien d’hurler à l’égémonie.

    Pascal Biturique Toulouse

  48. Pascal Biturique

    Mac User depuis l’avènement du système 9.2, je me dis que le goût de la pomme à bien évolué.
    Il est tantôt sucré de confort, tantôt trop acidulé lorsque je pense à l’antennagate de mon 4G.
    Il n’est plus l’essentiel : l’équilibre des forces en présence.

    Fan convaincu de la pomme depuis 10 années, j’aimais faire parti de la minorité absolument négligeable qui me permettait sans esbrouffe de jouir d’un vrai confort d’utilisation, d’une SAV pommé bien à l’écoute très occupé à reconquérir le marché qu’elle avait eu tord de ne pas expertiser comme il se devait.

    Ses efforts ont porté leurs fruits, la position qu’elle occupe aujourd’hui plus qu’enviable ne lui faisant que pousser plus loin ses désirs de conquête en monopolisant toute ses ressources, délaissant ce qui en soit est sa marque : la fiabilité. L’antennagate est le plus bel exemple en date.
    Apple aurait dû rappeler tous les iPhones 4G pour en modifier les antennes quitte à devoir payer un coût important qu’elle pouvait et peut se permettre d’assumer.
    Après tout les 4G ne sont pas bradés, pourquoi a t elle bradé son SAV en offrant des Bumper ? C’est un vice de fabrication qu’elle aurait dû dignement assumer.
    Mieux : depuis fin septembre elle mégote sur le prix de ses bumpers SAV d’environ 10 euros/unité.
    Fini les bumpers Griffin et autre coques plus protectrices de l’arrière de l’iPhone, aujourd’hui ne sont envoyés aux malheureux clients que des « anneaux » sans protection de la fragile partie arrière qui elle se raye…

    A ne pas s’en cacher : Pour Apple c’est « Money is money ». Rien ne l’empêchera de faire que Microsoft et Google dont le modèle économique était la gratuité ne pouvait lutter qu’avec…La gratuité.

    Que dire des opérateurs?
    Qu’ils ne récoltent que les fruits de leur immobilité, de leur manque d’innovation, de leurs condamnations pour entente illégale sur le dos des consommateurs abonnés.
    Que dire de leur tuyaux aujourd’hui bien amortis, qu’ils n’ont su moderniser en 4G ou autre protocole plus puissant?
    Il ne sont en aucune manière blâmables, ils ne récoltent que les fruits qu’ils ont semé alors qu’ils se savaient sur un marché mondial de la communication à l’image des opérateurs internet qu’ils sont tous devenus.

    Alors oui, la concurrence doit les placer comme simples loueurs de tuyaux et s’il n’en sont content, qu’ils y réfléchissent et pondent innovations diverses.

    Pour finir l’équilibre des forces en présence est précaire, n’existe plus vraiment. Tout se joue entre Apple et Google, il n’y a pas d’alternative crédible, pauvre Microsoft. Pauvre de nous qui devront choisir entre la peste et le choléra et quand bien même le temps offert sera plus important que le choix d’un ébola, les jeux seront faits faute d’alternative Open Source gratuite.
    Avec moins de 10% de parts de marché Apple génère un CA égal à celui de Microsoft.

    C’était peut être bien cet égémonie à la Crochauft, celle là même pour laquelle je m’époumonais à hurler qu’elle était anormale.

    L’égémonie de la pomme arrive, n’en doutons pas, un jour lointain elle s’arrêtera également comme toutes les positions monopolistiques.
    Mais en attendant, il faudra composer avec, même avec de gros poumons, il ne servira à rien d’hurler à l’égémonie.

    Pascal Biturique Toulouse

3 Trackbacks For This Post

  1. Tweets that mention Apple au secours de la neutralité du net ? | ReadWriteWeb France -- Topsy.com :

    [...] This post was mentioned on Twitter by Fabrice Epelboin, Genaro Bardy, damien douani, Alberte Denis, Ya-graphic and others. Ya-graphic said: Apple au secours de la neutralité du net ? http://bit.ly/ataW6n [...]

  2. Apple au secours de la neutralité du net ? | ReadWriteWeb France « Mobiles in the City ! :

    [...] here: Apple au secours de la neutralité du net ? | ReadWriteWeb France November 1, 2010   //   Mobiles   //   No Comments [...]

  3. Avec la carte SIM intégrée, Apple pourrait bien faire un faux-pas, ou alors toucher le jackpot | AbriCoCotier.fr :

    [...] billet de Fabrice Epelboin sur RWW FR (licence Creative Commons) [...]

Réagissez !

Politique de modération des commentaires

  • A propos
  • Best of
  • Buzzing
  • Tags

ReadWriteWeb est un blog dédié aux technologies internet qui en couvre l’actualité et se distingue par ses notes d’analyse et de prospective ainsi que par l’accent mis sur les usages et leurs impacts sur les média, la communication et la société. Il est classé parmi les blogs les plus influents de la planète par Technorati et Wikio. Publié en cinq langues, il s'appuie sur un réseau de correspondants locaux en Nouvelle-Zélande, aux Etats-Unis, en France, en Espagne, au Brésil, en Chine ainsi qu'en Afrique francophone. Ses articles sont publiés dans la rubrique technologie du New York Times.


Partenaires

hébergement infogérance Bearstech
af83





Appli iPhone


 

Recommandés



Activité sur le site