Haro sur Wikileaks

Julian Assange, fondateur de Wikileaks, est en danger et son projet est attaqué sur tous les fronts. Une semaine après la publication d’un nombre sans précédent d’informations classées secrètes (surnommé, dans les pays anglo-saxons, le “Cable Gate”), des politiciens de premier plan sont allés jusqu’à exprimer leur souhait de « traquer » Julian Assange ou de « l’exécuter ». Les diverses réactions sont brillamment résumées sur le blog OpenDemocracy :

Comme le prouve les réactions à l’échelle internationale, les répercussions du Cable Gate sont massives. Wikileaks modifie les relations internationales sans y avoir été invité et récolte la désapprobation de la sphère politique. La chasse mondiale à la sorcière contre Julian Assange, co-fondateur et porte-parole de Wikileaks, bat son plein. De grandes figures de la politique nord-américaine estiment que Julian Assange doit être « traqué » et « exécuté ». Ces politiciens souhaitent le voir extradé vers les États-Unis et condamné au nom de la loi punissant l’espionnage adoptée en 1917 pour combattre les socialistes et les pacifistes lors des années marquées par la lutte anti-communiste. « M. Obama devrait mettre sa tête à prix et peut-être utiliser un drone », a déclaré le Professeur Tom Flanagan, ancien conseiller du Premier ministre canadien Stephen Harper. En France, pays pourtant berceau du siècle des Lumières, Wikileaks a été décrit comme une « menace pour la démocratie ».

Il est essentiel de souligner la complexité qui entoure la question de l’attaque d’un site web, comme l’indique Hal Roberts, du Berkman Center de Harvard, dans son article consacré à l’abandon de Wikileaks par Amazon, et le rôle que peuvent jouer les entreprises privées :

Notre société a atteint une période où la protection des informations publiées sur Internet dépend d’un organisme clé d’Internet parmi la douzaine qui existent. Céder intégralement le pouvoir de décision relatif au contrôle d’informations de haute importance politique à une poignée d’acteurs, sans procédure juridique ou vision d’ensemble, est une très mauvaise idée. Mais il y a encore pire : céder le pouvoir de décision concernant le contenu qui peut rester en ligne aux propriétaires de botnets (robots) capable d’exécuter des attaques de type déni de service.

Les lecteurs de Wikileaks sont impatients de lire, d’analyser et de prendre part à cette nouvelle procédure de « reddition de comptes mondiale » prenant la forme d’un audit des activités menées par les services des affaires étrangères du gouvernement nord-américain mené à travers des multiples acteurs. Ceux qui s’y opposent ont préféré la pression politique et économique à l’action en justice pour mettre fin à la divulgation d’informations, en bloquant le service d’hébergement. Cette stratégie transmet un message fort aux activistes, qui seront désormais particulièrement attentifs au moment de choisir un fournisseur de services en ligne. Même les plus grandes entreprises semblent très vulnérables face aux pressions politiques. Cet événement est déjà considéré comme la première guerre de l’information, dans laquelle les gouvernements font face aux internautes.

Après avoir bloqué le compte de Wikileaks, le service de transfert de fonds en ligne PayPal a publié un communiqué explicatif :

Paypal a limité, de façon permanente, le compte utilisé par WikiLeaks, suite à une violation de nos conditions d’utilisation du service, selon lesquelles il est interdit d’utiliser notre service de paiement pour toute action qui encouragerait ou ferait l’apologie d’ activités illégales ou donnerait la possibilité à d’autres personnes d’en mener.

Un communiqué similaire a été publié par Amazon après avoir mis fin à l’hébergement en ligne sur ses serveurs de WikiLeaks.

Keep Us Strong

En réponse à ces actions intermédiaires de censure, WikiLeaks a démarré une campagne de récolte de dons, soutien qui pourrait s’avérer très important si une action en justice était intentée à son encontre aux États-Unis, comme le prédisent certaines rumeurs. WikLeaks a communiqué à ses suiveurs sur Twitter les difficultés rencontrées pour conserver les fruits de son travail et poursuivre ses activités.

Des organisations de défense de la liberté d’expression et d’informer tels que Reporters sans frontières [en français] ou La Quadrature du Net [en français] ont exprimé leur soutien à WikiLeaks.

De nombreux clients ont décidé de se passer d’Amazon à l’heure des achats de Noël, d’autres ont même supprimé leur compte Amazon et la page Facebook Boycott Amazon for dumping Wikileaks [Boycottons Amazon pour avoir tourné le dos à Wikileaks] s’était vue couronnée de 7000 « J’aime » au moment de rédaction de ce billet. Comme John Perry Barlow l’a exprimé sur Twitter : « Le champ de bataille est WikiLeaks. Vous êtes les troupes. ».

Aucune preuve n’est venue étayer les allégations selon lesquelles des meurtres auraient été commis suite à la divulgation d’informations par Wikileaks, alors que l’existence de victimes collatérales en Irak, présentées au monde entier par WikiLeaks, est irréfutable. Il est aussi clairement apparu que les politiciens souhaitent avoir en mains des moyens leur permettant de réguler Internet, de limiter le champ d’action en ligne de leurs opposants et d’étiqueter la divulgation de certaines informations comme une activité terroriste, comme le prouve la proposition de modification de la loi contre l’espionnage aux États-Unis. Les actions menées à l’encontre de WikiLeaks et de Julian Assange transmettent également un message important : le travail des activistes et des opposants à une régulation du web devient toujours plus difficile.

Ecrit par Renata Avila et traduit par Pauline Ratze

Photo CC de par biatch0r


Recommandez cet article à vos amis

et rejoignez nous sur Facebook et Twitter...



34 commentaires pour cet article

  1. Francois

    et Mass Mirrors ?

  2. Fabrice Epelboin

    @François

    Heu… Quoi donc à propos de Mass Mirror ?

  3. gabriel

    Wikileaks est maintenant hébergé par OVH et les politiques essayent de faire pression sur cette entreprise pour l’empêcher de servir WL !
    Laissez la justice faire son travail !

  4. R_grandmorin

    le slogan « AUTANT JAMAIS JE NE PRENDRAI LES ARMES POUR MON PAYS, AUTANT JE ME BATTRAIS VOLONTIER POUR INTERNET » n’a jamais autant été d’actualité.

  5. koz

    La nouvelle du jour, c’est que Wikileaks publie un câble faisant figurer une liste de sites sensibles qui pourraient constituer des cibles pour les terroristes. C’est pas pour dire mais la réponse qui consisterait à dire que les terroristes peuvent trouver ces cibles tous seuls me paraît pour le moins courte. Et je ne vois pas non plus en quoi ce genre d’informations doit nécessairement être divulgué au nom de la transparence et de la circulation de l’info.

  6. Fabrice Epelboin

    @koz

    C’est complexe comme débat, et en effet, le nom de la transparence est utilisé à tord et à travers, j’y vois plus une droit d’accès à l’info, qui n’est, en tant que droit, qu’à un stade aussi embroyonnaire que le droit à la liberté d’expression en 1750.

    Sinon, il y a un filtre réalisé par de grands média, ce n’est pas tant Wikileaks qui décide de rendre public tel ou tel document, c’est le consortium de média avec lesquels il travaille…

  7. koz

    Il semblerait, oui. Mais il me semble qu’ils n’ont pas à avoir accès au type d’information que je mentionne (c’est évidemment différent pour ce qui est de savoir que Sarko a coursé le lapin de son fils) et ils n’ont pas à le diffuser, même à des médias. A-t-on un droit à l’accès à la liste des infrastructures sensibles susceptibles de mettre la sécurité nationale en jeu ?? Pour en faire quoi ? Pour aller les protéger nous-mêmes ?

    Comme je l’ai expliqué ailleurs, de façon générale, je trouve que le jeu n’en vaut pas la chandelle. Ils prennent un vrai risque de déstabiliser certaines régions. Je prenais l’exemple de la Jordanie : c’est un des rares régimes à peu près stables et à peu près respectueux de ses minorités dans le coin. Le roi joue sur des oeufs en permanence auprès de son opinion publique (dont pas mal de réfugiés palestiniens) qui voudraiernt bien faire rendre gorge à Israël. Est-ce vraiment bien malin de rendre public le fait que le roi insistait pour que les US fassent la guerre à l’Iran ? Qui peut prédire la conséquence d’une telle information ? Il ne se passera peut-être rien, ou alors cela renforcera la détermination d’individus qui iront rejoindre des groupes terroristes, ou encore cela renforcera le discours de groupes qui voudraient destabiliser ce régime ? Il n’y a là rien d’impossible et Assange ignore totalement les conséquences que ces divulgations pourraient avoir. Je trouve donc le pari bien trop risqué, et fait au nom de principes qui, à mon sens, sont invoqués bien à tort de façon absolue.

  8. Fabrice Epelboin

    Ca, ils n’ont pas à avoir accès à quelque document que ce soit concernant les échanges diplomatiques, c’est tout ce qui fait le piment de ce truc. Pour ce qui est de la responsabilité de publier tel ou tel document, c’est plutôt du coté des média qui font le tri qu’il faut se tourner, non ?

    Pour ce qui est de savoir si le jeu en vaut la chandelle, j’ai peur qu’il faille au préalable s’accorder sur ce qu’est cette chandelle. D’un point de vue libertaire, il est incontestable que le jeu en vaut la chandelle (ce qui ne veut pas dire que je soutiens des idées libertaire).

    Je doute fort qu’Assange ignore tout des conséquences de ces révélation, bien au contraire, ce garçon est féru d’histoire, il a lourdement pesé les conséquence de son acte, simplement celui ci est radical, et n’a probablement pas comme intention un effet d’action réaction, je crois qu’il faut chercher un cadre plus large pour le saisir.

    Par ailleurs, en ce qui me concerne, je trouve inutile et futile de passer son temps à porter un jugement sur ce qu’a fait Wikileaks. Ce n’est pas nouveaux, c’est juste de plus en plus gros, et c’est parti pour durer. L’important n’est en rien de savoir pourquoi Wikileaks fait ça, si c’est bien ou mal, mais ce que cela va changer dans le monde de demain.

  9. DecereBrain

    Le groupe DegenereScience Lille a aussi publié un communiqué de soutien à Wikileaks.
    https://lille.dg-sc.org/blog/index.php?post/2010/12/05/Non-%C3%A0-la-censure-de-Wikileaks-%21

    Côté réaction dans le milieu du logiciel libre, Theo de Raadt (coordinateur du projet OpenBSD) a viré de http://www.openbsd.org tous les liens pointant vers les livres vendus par Amazon http://marc.info/?m=129140041825198 et a demandé à ce que les personnes souhaitant donner de l’argent au projet OpenBSD évitent de passer par Paypal. http://marc.info/?m=129151972331134

    Tout cela était au programme de Random #029 hier soir : http://lille.dg-sc.org/random/emissions/2010/12/Random_05-12-2010.mp3

  10. Strank

    Le bien trop connu puritanisme fanatique américain dans son égo démesuré allié à sa mégalomanie schizophrénique , toujours aussi hypocrite et démagogique , a oublié depuis trop longtemps le  » Tu ne tueras point  » en accusant les autres ( et réciproquement )d’être  » le grand Satan « , ferait-il plutôt preuve de sophisme éhonté ?

  11. broZer

    Cette histoire me laisse perplexe et, à mon sens, pose beaucoup plus de questions qu’elle ne livre de secrets. Si les révélations sont pour l’instant assez triviales, pourquoi un tel acharnement contre Assange et Wikileaks? Pourquoi des entreprises comme Paypal ou Amazon acceptent-elles de jouer le jeu de la « censure » à quelques semaines de Noël avec les risques commerciaux de boycott que cela représente? Tout ce brouhaha est très curieux et j’attends un peu de voir avant de me forger une opinion définitive même si je suis a priori favorable à l’existence d’une organisation telle que Wikileaks.

  12. koz

    « D’un point de vue libertaire, il est incontestable que le jeu en vaut la chandelle (ce qui ne veut pas dire que je soutiens des idées libertaire). »

    En quoi ?

    « je crois qu’il faut chercher un cadre plus large pour le saisir »

    Lequel ?

  13. Fabrice Epelboin

    Celui d’un changement total de paradigme, j’hésite entre l’apparition du pôle ‘dictature de la transparence’ (je n’aime pas ce terme) s’opposant à la société de surveillance, ou celui de la société de la surveillance qui se généralise et s’étend aux surveillants qui deviennent surveillés, du coup, c’est clair que ça leur fait peur, à eux aussi… Je suis plus sur la seconde hypothèse, mais pas encore assez à l’aise pour écrire plus que cela…

  14. koz

    Ok, merci d’avoir précisé en tout cas. Je ne suis pas certain que l’on n’obtienne pas une surveillance de tous par tous, du coup.

    Sinon, je viens de voir sur le JDD que Wikileaks publie bien certains câbles, sans filtre des medias. Et que c’est précisément le cas de l’un des plus litigieux (lien valide 48h apparemment).

  15. Fabrice Epelboin

    C’est bien ce que je dis, c’est stérile de discuter sans fin de la responsabilité ou de la responsabilité de Wikileaks. Wikileaks est là pour durer, sous cette forme ou une autre, peu importe. Plutot que de regarder le doigt, il est temps d’envisager de voir la lune. Que les surveillant qui pronent la panoptique générale soient ainsi mis à nu est une forme de retour d’ascenceur auquel bien des puissant vont devoir s’habituer.

    Wikileaks, it is inevitable, Mister Anderson…

  16. Silver974

    @Koz
    Vous posez bcp de questions, mais ne repondez que rarement a celles que l’on vous pose …
    Votre « culture » et vos convictions semblent vous poussez vers une acceptation de la hierarchie arbitraire non étayée par la logique et vers l’acceptation résignée qu’un grand nombre de chose doivent être ignorées du plus grand nombre, ou plutot connues que par une minorité …
    Cette attitude de soumission me révolte, je ne vous le cache pas, mais surtout, j’ai déja évoqué le pb sur Rue89, qui défini le droit d’acces ou non, sur quels criteres, et peut on remettre en question cette « définition » ?
    Qui ou « quoi » qualifie mieux notre suzerain et ses sbires, en France, je doute que ce soit compétence ou QI, nombres de gens les « survolent » largement dans ce pays. Une autre question, serait également de savoir si en qualité d’élus du peuple, ils sont de fait mandatés pour mentir et manipuler ce peuple ? Ou cela est il défini ds la Constitution ou le droit ?
    Ce que fait Assange c’est probablement de revéler, non « la face cachée », mais surtout pour le plus grand nombre, le simple fait qu’il y ai une « face cachée » et surtout qu’elle recouvre pratiquement tous les domaines, y compris notre quotidien et notre prétendu souveraineté, vendue au plus offrant !
    De plus la réaction disproportionée de cette « oligarchie » aux abois, est bcp plus passionnante que les actuelles révélations de Wikileaks, les masques tombent, la guerre débute, et pour mon plus gd plaisir, les « ADM » sont dans « notre camps »
    De plus, jusqu’ici, Assange n’est lui pas responsable de dizaines de milliers de morts, ni d’avoir violé la souveraineté d’une nation au nom d’interets économiques, encore moins de brader l’existence de centaine de millions de gens a travers le monde.

  17. Silver974

    J’ajouterai, qu’un tres illustre crétin a un jour eu cette phrase malheureuse,qu’on ne lui laissera pas oublier, « Ceux qui n’ont rien a cacher ne doivent pas craindre d’être video-protegé » pour résumer …
    Nous voila donc devant, « un cas d’école » …

  18. bituur esztreym

    @koz @Fabrice :
    « le cadre plus large », on en a un apreçu dans ce texte de Assange, analysé ici https://zunguzungu.wordpress.com/2010/11/29/julian-assange-and-the-computer-conspiracy-%E2%80%9Cto-destroy-this-invisible-government%E2%80%9D/# et repris ici http://www.ornstein.org/2010/12/02/wikibombshells-leaking-and-tweaking/ (c’est ornstein que je cite) :

    There’s a pretty good analysis here [zunguzungu] on what the WikiLeaks strategy actually is. You should read the whole article, but the grist of it is that founder Assange sees governments that are exposed (which includes big corporations, international bodies and so on) as conspiracies:

     » Authoritarian regimes give rise to forces which oppose them by pushing against the individual and collective will to freedom, truth and self realization. Plans which assist authoritarian rule, once discovered, induce resistance. Hence these plans are concealed by successful authoritarian powers. This is enough to define their behavior as conspiratorial. »

    et

    Instead, he says that by inducing leaks, the conspiracy will turn against itself. It has to reduce its processing power, its ability to absorb and share information among fellow conspirators, thus reducing its “conspirational power”:

     » The leak, in other words, is only the catalyst for the desired counter-overreaction; Wikileaks wants to provoke the conspiracy into turning off its own brain in response to the threat. As it tries to plug its own holes and find the leakers, he reasons, its component elements will de-synchronize from and turn against each other, de-link from the central processing network, and come undone. Even if all the elements of the conspiracy still exist, in this sense, depriving themselves of a vigorous flow of information to connect them all together as a conspiracy prevents them from acting as a conspiracy. »

  19. Lathan

    A partir du moment où il y a « secret » compromettant, faut pas pleurer quand le secret est éventé et qu’on se retrouve un poil dans la panade.
    Quand on lance une (voir 2) guerre sur des mensonges, et que personne ne demande de compte, c’est assez révélateur d’une hypocrisie politique généralisée.

  20. melanqw

    Silver974 je vous suis reconnaissant pour avoir aussi bien exprimé ce que je pense

  21. Baraduke

    « @Koz
    Vous posez bcp de questions, mais ne repondez que rarement a celles que l’on vous pose …
    Votre « culture » et vos convictions semblent vous poussez vers une acceptation de la hierarchie arbitraire non étayée par la logique et vers l’acceptation résignée qu’un grand nombre de chose doivent être ignorées du plus grand nombre, ou plutot connues que par une minorité …
    Cette attitude de soumission me révolte, je ne vous le cache pas, mais surtout, j’ai déja évoqué le pb sur Rue89, qui défini le droit d’acces ou non, sur quels criteres, et peut on remettre en question cette « définition » ?
    Qui ou « quoi » qualifie mieux notre suzerain et ses sbires, en France, je doute que ce soit compétence ou QI, nombres de gens les « survolent » largement dans ce pays. Une autre question, serait également de savoir si en qualité d’élus du peuple, ils sont de fait mandatés pour mentir et manipuler ce peuple ? Ou cela est il défini ds la Constitution ou le droit ?
    Ce que fait Assange c’est probablement de revéler, non « la face cachée », mais surtout pour le plus grand nombre, le simple fait qu’il y ai une « face cachée » et surtout qu’elle recouvre pratiquement tous les domaines, y compris notre quotidien et notre prétendu souveraineté, vendue au plus offrant !
    De plus la réaction disproportionée de cette « oligarchie » aux abois, est bcp plus passionnante que les actuelles révélations de Wikileaks, les masques tombent, la guerre débute, et pour mon plus gd plaisir, les « ADM » sont dans « notre camps »
    De plus, jusqu’ici, Assange n’est lui pas responsable de dizaines de milliers de morts, ni d’avoir violé la souveraineté d’une nation au nom d’interets économiques, encore moins de brader l’existence de centaine de millions de gens a travers le monde. »

    Message qui exprime clairement tout ce que pense de cette situation.

  22. Francois

    @fabrice : pas un mot sur cette superbe opé, ça aurait pu donné des idées à certains lecteurs.

  23. chegoo

    MasterCard lâche WikiLeaks

  24. chegoo

    Freedom of expression is priceless. For everything else, there is MasterCard

  25. nefrem

    Moi je souhaite remercier Mr. Besson

    - Merci Mr BESSON d’offrir une si belle tribune a Wikileaks, qui aurait presque pu passer inaperçu en France sans vos frasques (au vu du peu de relais dans les médias – particulièrement télévisuels).

    - Merci Mr BESSON de faire de Mr Assange un martyr de votre système. Criminaliser a ce point un homme qui n’est accusé de rienpour le moment aura fait beaucoup pour cette gigantesque levée de bouclier (et notamment cette épidémie de mirroring).

    - Merci Mr BESSON d’être tombé dans un piège aussi grossier, et de nous montrer avec quelle droiture et avec quel respect des lois nos gouvernants traitent des sujets sensibles (« Les loups sortent du bois »).

    Bref je ne peux m’empêcher de penser que notre ministre expulseur préféré est probablement un des meilleurs alliés de Wikileaks en France.

  26. Michaël

    @nefrem : c’est pas faux. Plus généralement, je pense que l’on peut même dire que c’est notamment parce que les gouvernements français de ces dernières années étaient particulièrement hostiles aux libertés numériques qu’il y a aujourd’hui en France tant de promoteurs et de défenseurs des différentes facettes de ces libertés. Vie privée, logiciel libre, neutralité du Net, etc. Autant d’enjeux aujourd’hui fermement défendus par des groupements issus des citoyens et devenus à la fois très professionnels et bien implantés.

    On peut tenir un raisonnement similaire pour la Suède. Aurait-elle connu The Pirate Bay, le Piratbyrån, la naissance du Piratparteit, si elle n’avait pas instauré un filtrage du Net, une surveillance de toutes les communications, si elle n’avait pas eu de groupe « anti-pirate » aussi extrémiste que l’Antipiratbyrån ? J’en doute beaucoup.

  27. nico

    Pas besoin de liste de sites sensibles, un peu de jugeote permet d’en trouver. Vous pensez que des terroristes vont « s’attaquer » à des sites déjà sur-surveilleés ?
    Les planificateurs d’attentats ont quasiment tous un cursus universitaire solide, alors, liste ou pas liste, ils savent frapper ou ça fait mal.

    wkikleaks n’est pas le seul site diffusant des infos dîtes « sensibles » vous avez aussi à disposition http://cryptome.org/

  28. Nono

    Mouais, ce que j’en dis, c’est que Wikileaks est mauvais pour la démocratie, ça n’apporte rien au débat, et ça ne fera que donner des arguments à des Besson ou autre pour un contrôle plus insidieux d’Internet.

    Les lois sur l’espionnage datent de 1917? On s’en fout de la date, elles existent, comme dans tous les pays du monde. Maintenant, c’est bien, la transparence totale pronée par Wikileaks & autres, mais on fait comment pour négocier? C’est comme au poker, si un des joueurs voit les cartes de l’autre, et ben l’autre l’a dans l’os. Et grâce à Wikileaks, quand les USA (qui malgré tous leurs défauts restent une démocratie, pas comme la Chine ou la Russie) voudront négocier, qui voudra entamer des pourparlers si ce qui est dit est dévoilé par Wikileaks?

    Il faut être demeuré pour croire que la transparence totale est possible et même souhaitable!!! D’ailleurs, est-ce que Wikileaks et Assange se l’appliquent à eux-même?

  29. Had

    Moi je dis que l’on devrait condamner ces gouvernements pour défaut de sécurisation de données à caractère confidentiel! Avec coupure généralisée des accès au net bien sur…

    Enfin bon, c’est sur que le débat sur la responsabilité est stérile: on ne pourra jamais empêcher des gens de voler des informations confidentielles, et on ne pourra jamais non plus avoir des infos suffisamment sécurisées, ni être sûr que l’on ne se fait pas enfler par nos dirigeants, que les mythes du complot sont bien des mythes etc…

    J’ai plutôt tendance à pencher du côté de Koz, du moins dans une certaine mesure; n’empêche que c’est vous Silver974 qui avez écrit les deux phrases que je souhaite citer:

    « Ce que fait Assange c’est probablement de révéler, non « la face cachée », mais surtout pour le plus grand nombre, le simple fait qu’il y ai une « face cachée » »

    Et:

    « l’acceptation résignée qu’un grand nombre de chose doivent être ignorées du plus grand nombre, ou plutôt connues que par une minorité »

    Oui, pour des raisons de bon sens, certaines choses ne doivent êtres connues que d’une minorité, et j’insiste vraiment sur le « certaine » plutôt « qu’un grand nombre ». Mais oui aussi, pour une fois il y a des preuves concrètes des crasses qui ont pût êtres faites, de la face cachée quoi.

    Le débat serait surtout, à mon avis, et comme l’a dit Koz, de savoir si le jeu en vaut la chandelle. Ceci avec, d’après moi, pour « jeu » le fait de prendre le risque de créer une ou des catastrophes à l’échelle d’un pays, voir de la planète, et pour « chandelle » le fait d’avoir la possibilité de constater les embrouilles que font les gouvernements dans le dos de leur citoyen, ou encore la transparence totale (je suis contre).

    Je reste clairement indécis: je suis contre le fait de publier, ou simplement de partager de telles infos, mais je suis heureux que wikileaks existe, car effectivement il ouvre des portes, fait en sorte que tout le monde puisse être conscient de la « face cachée », et surtout laisse entrevoir la possibilité d’un gros retour d’ascenseur dans la gueule de politiciens qui abusent, et juste cette possibilité change beaucoup de chose pour moi. Dans un contexte démocratique je ne crois pas que le jeu en vaille la chandelle, il y a quand même déjà un minimum de moyen pour mettre la pression aux gouvernements… mais dans un contexte non démocratiques, je ne sais pas…

    Enfin, j’ai tout de même un truc qui continue de me travailler, rapport aux « certaines choses qui ne doivent êtres connues que d’une minorité », et une fois de plus je vous cite Silver974:

    « qui défini le droit d’acces ou non, sur quels criteres, et peut on remettre en question cette « définition » »

    Et la ça coince…

  30. Lathan

    Franchement, y’a pas eu besoin d’attendre un Wikileaks pour causer des catastrophes planétaires.

    Le seul souci est qu’il est plus facile de discréditer un Michael Moore en le traitant de gauchiste ou un scientifique qui met en garde contre certains produits industriels en le trainant dans la boue, qu’un site qui vous remet sous le nez votre correspondance nauséabonde (genre Hillary Clinton qui fait espionner les diplomates des Nations Unis, en violation totale de tous les traités), site qui n’a jamais été aussi facilement accessible et publicisé que depuis qu’on a tenté de le rayer du net.

    Accordons nous aussi sur la valeur de nos démocraties. Et cela est un enjeu éminemment politique, qui dépasse de loin les perspectives humanistes pro-libertés individuelles. Qu’est-ce une démocratie quand son président ment sciemment et avec aplomb à son peuple pour mener une guerre ou pour se faire élire par moins de 50% de la population en age de voter ? Qu’est une démocratie quand son parlement vote des lois sur les directives d’un chef de parti et non en fonction du contenu de ces lois (c.f. JF Copé et Hadopi)? Où commence la responsabilité d’un homme politique (au hasard, Fabius et le sang contaminé)?

    Si seulement Wikileaks pouvait faire qu’on arrête la langue de bois …

  31. pinailleur

    WIKILEAKS
    DANGEREUX ?

    US
    et
    OTAN
    HYPER
    DANGEREUX !

    ET
    CE
    ENCORE
    bien
    PLUS

    depuis
    La fin
    de la
    GUERRE
    FROIDE !

    Puisque
    sans
    réel
    opposant
    et
    sans
    contradicteur

    Depuis
    effectivement
    LE BOMBARDEMENT
    DE
    BELGRADE
    illégal
    déjà
    et
    sans réel
    discernement
    et
    s
    un tissu
    de mensonges,
    en
    passant
    par
    LA
    GUERRE
    EN IRAK
    illégale
    de fait
    et on
    le sait aussi
    où le nombre
    de victimes
    directes
    ou
    indirectes
    dépasse
    l’entendement
    et largement
    les chiffres
    généralement
    publiés

    jusqu’à
    la guerre
    en
    Afghanistan
    hallucinante
    contre-productive
    qui
    exacerbe
    le
    terrorisme
    en fait
    le
    mutisme
    hallucinant
    de
    l’Occident
    ou
    ses
    contre-vérités
    et

    l’on
    se
    permet
    même
    de bombarder
    le nord du
    Pakistan
    pays
    non
    en guerre
    avec de drôles
    de drones
    en toute impunité
    et
    où les bavures
    sont légion !

    IL
    il FAUT SAUVER
    LE SOLDAT
    WIKILEAKS

    IL FAUT
    UNE
    INFORMATION
    PARALLELE
    POUR DENONCER
    LES ABUS
    DE l’OTAN

    LES CRIMINELS
    DE GUERRE
    ne sont
    pas toujours

    L’OCCIDENT
    AIMERAIT
    QU’ILS
    SOIENT !

    CELA SERAIT
    TROP FACILE !

    LA VISION
    BUSHNIENNE
    AYANT
    SIMPLIFIE
    A
    OUTRANCE
    LA VISION
    D’UNE
    HUMANITE
    MALADE
    DE SES
    PROPRES
    MENSONGES

  32. DecereBrain

    @Lathan : Sauf que Michael Moore /est/ un menteur, cela a été prouvé de nombreuses fois, du montage de plusieurs interviews de Charlton Heston (étalées sur plusieurs semaines) pour faire croire à une unique interview (« Bowling for Columbine ») jusqu’aux diverses magouilles de « Fahrenheit 9/11″ en passant par les fausses informations sciemment diffusées dans « Sicko ». Bref Moore est un non-journaliste (il définit lui-même son activité comme de l’ « entertainment » (sic)) qui fait dans l’émotionnel pour s’adresser aux passions et non à la raison…

  33. Nono

    Michael Moore n’est pas discrédité parce qu’il est de gauche, juste parce que ses « documentaires » ne sont que de vulgaires pamphlets de propagande, aucunement des documentaires journalistiques. Je me souviendrais toujours de la « famille moyenne française » dans Sicko, avec madame au foyer et monsieur qui devait gagner, de mémoire, dans les 5000€/mois, ou des expat américains qui allaient à l’hopital américain de Neuilly. Ou de Cuba, « paradis » de la médecine, où les médecins sont peut-être très compétents, mais manquent de tout (ce que cache Moore). Michael Moore est aussi crédible que Fox News, et ça ne tient pas à ses opinions, juste à sa manière ultra orientée de les défendre au mépris de toute objectivité.

  34. Monex

    ………..Au contraire du blackout mediatique qui avait suivi laffaire du dont fort heureusement internet avait empeche quelle ne pourrisse dans lanonymat laffaire Wikileaks fait les choux gras de la presse declenchant de veritables et dechainant les passions. Et naturellement la question que certains ne manquent pas de me poser est et toi est-ce que tu penses quil faut interdire Wikileaks ?.

2 Trackbacks For This Post

  1. Tweets that mention Haro sur Wikileaks | ReadWriteWeb France -- Topsy.com :

    [...] This post was mentioned on Twitter by Fabrice Epelboin, damien douani, benoît chesneau, Ya-graphic, fransk26 and others. fransk26 said: RT @epelboin: Haro sur Wikileaks http://bit.ly/i5Nx8d [...]

  2. Wikileaks – Portrait en kaléidoscope « Bibliothèques [reloaded] :

    [...] Wikileaks a de nouveau des soutiens : ReadWriteWeb mentionne Reporters sans Frontière, La Quadrature du Net. Et la crucifixion d’Assange et Wikileaks [...]

Réagissez !

Politique de modération des commentaires

  • A propos
  • Best of
  • Buzzing
  • Tags

ReadWriteWeb est un blog dédié aux technologies internet qui en couvre l’actualité et se distingue par ses notes d’analyse et de prospective ainsi que par l’accent mis sur les usages et leurs impacts sur les média, la communication et la société. Il est classé parmi les blogs les plus influents de la planète par Technorati et Wikio. Publié en cinq langues, il s'appuie sur un réseau de correspondants locaux en Nouvelle-Zélande, aux Etats-Unis, en France, en Espagne, au Brésil, en Chine ainsi qu'en Afrique francophone. Ses articles sont publiés dans la rubrique technologie du New York Times.


Partenaires

hébergement infogérance Bearstech
af83





Appli iPhone


 

Recommandés



Activité sur le site