Les Anonymous, première forme d’intelligence collective ?

Il faut bien l’avouer, Wikipedia comme démonstration de l’intelligence collective, ça ne m’a jamais convaincu. Triomphe de la collaboration intelligente, sans aucun doute, mais dans le fond, rien de bouleversant. La somme des parties qui ont fait Wikipedia est largement supérieure au tout, en ce sens que si l’on rassemblait tous les esprits qui ont fait Wikipedia, ont pourrait, finalement, faire bien plus.

Les Anonymous, eux, offrent une autre forme de phénomène collectif. On s’y sépare de son identité, comme souvent sur Wikipedia, mais contrairement à cette dernière, on n’use pas d’une identité virtuelle pour participer à l’effort collectif, on partage une seule identité avec le groupe. Plus de eRéputation, mais des jeux d’influences et des dynamiques de groupes fascinantes qui donnent naissance à quelques chose de radicalement nouveau.

Image de prévisualisation YouTube

Après avoir joué les vandales et les manifestants bruyants, les Anonymous évoluent dans leurs forme d’action, au fur et à mesure que le groupe initial s’étoffe de nouvelles recrues, et (très) visiblement, de nouvelles compétences.

Image de prévisualisation YouTube

Ces derniers temps, des tacticiens semblent s’être joints au groupe, ainsi que des professionels des arts graphiques. Flood de fax sur les responsables des sociétés qui ont banni Wikileaks, ou immense jeu de copier coller et de commentaire des contenus du Cablegates aux quatres coins du «web 2.0» afin de rendre définitivement toute censure invraisemblable (quelque chose de bien plus proche de l’esprit initial de Wikileaks, prévu pour être collaboratif, lors de son lancement en 2006). Mais aussi, apparition de clips de plus en plus léchés, fait par des pros, ou des amateurs de haut niveau, comme le clip traduit au bas de ce billet.

Les Anonymous vont de pair avec la société de la transparence (ou dictature, ça dépend de quel coté vous vous placez). Ils sont l’incarnation de la volonté non pas (encore ?) d’un peuple (sans parler qu’ils n’ont pas de nation autre qu’internet), mais d’un magma d’identités fondues en une seule, qui se revendiquent comme un tout, et ce tout est capable de choses que la somme des parties ne saurait faire : manifester aux yeux du monde entier, et dans ce clip, célébrer l’inévitable arrivée de l’ère de la transparence.

It is inevitable, Mister Anderson

Si le propre d’une forme d’intelligence est d’évoluer en fonction de son environnement pour s’y adapter et y proliférer, et surtout de créer des objets culturels qui font acte de communication, alors on a bien à faire là à une forme d’intelligence, et il ne fait aucun doute qu’elle soit collective.

C’est le premier phénomène socio-culturel qui soit propre au XXIe siècle, propre à cette génération qui a construit son identité sur Facebook et qui l’ôte pour aller de l’autre coté du miroir, dans un monde compris par si peu d’adultes qu’on y est à l’abri. Un monde où, nécessairement, se construit la société de demain (en tout cas une partie), de nouveaux idéaux, de nouvelles luttes.

Les Anonymous sont bien partis pour être un phénomène majeur, au même titre que Facebook, avec des répercussions culturelles, sociales et politiques d’une amplitude considérable. Un composant de la société civile de demain, et de toutes évidences, un garant de certains droits fondamentaux, ou en passe de le devenir.

(update: correction orthographe et traduction des ‘meme’ en français)

Image de prévisualisation YouTube

Corrupt governments of the world, we are anonymous.
Gouvernements corrompus de par le monde, nous somme les Anonymous

For some time now, voices have been crying out in unison against the new ACTA laws.
Depuis quelques temps déjà, des voix se sont élevées à l’unisson pour dénoncer ACTA.

The gross inadequacies of the new laws being passed internationally have been pointed out repeatedly.
La grossière inadaptation de ces nouvelles lois qui sont votées partout dans le monde a été dénoncée de façon répétée

Our chief complaint is that such measures would restrict people’s access to the internet.
Notre principal reproche est que de telles mesures restreindraient l’accès du peuple à internet

In these modern times access to the internet is fast becoming a basic human right.
En ces temps modernes, l’accès à l’internet devient rapidement un droit de l’homme fondamental

Just like any other basic human right, we believe that it is wrong to infringe upon it.
Comme tout droit de l’homme fondamental, nous pensons qu’il est mauvais de le violer

To threaten to cut people off from the global consciousness as you have is criminal and abhorrent.
Menacer de couper quelqu’un de la conscience globale comme vous l’avez fait est criminel et abject.

Il est possible de voir dans l’utilisation du terme ‘global consciousness’ une allusion à un projet de techno-parapsychologie initié à l’Université de Princeton en 1998.

To move to censor content on the internet based on your own prejudice is at best laughably impossible, at worst, morally reprehensible.
Passer à la censure des contenus sur internet sur la base des seuls préjudices qu’ils pourraient vous causer est au mieux risible, au pire moralement répréhensible.

Le coté « risible » de la ‘solution’ de la censure tient au fait que les individus à l’origine du message raisonnent sur la logique du réseau qu’ils comprennent de façon instinctive. La censure absolue, tout comme la sécurité absolue, sont des impossibilités absolues sur internet, du fait même des lois inscrites dans son génome. Les plus curieux peuvent jeter un oeil à ce billet pour comprendre le pourquoi du comment. Cet autre billet vous permettra de mesurer à quel point il est de toutes façons trop tard pour envisager la sécurité comme une solution.
Vous aurez par ailleurs noté le visuel d’émeutes place de la Bastille pour illustrer le propos sur la coupure d’accès à Internet. Signature de l’origine du message ou simple reconaissance meta-nationale à la place de choix qu’occupe notre beau pays dans la lutte qui s’annonce ?

The unjust restrictions you impose on us will meet with disaster and only strengthen our resolve to disobey and rebel against your tyranny.
Les restrictions injustes que vous nous imposez provoqueront un désastre et ne feront que renforcer notre résolution à désobéir et à nous rebeller contre votre tyrannie.

Such actions taken against you, and those you out source your malignant litigation too, are inevitable, unavoidable and unstoppable.
Les actions prise envers vous, ainsi qu’envers ceux avec qui vous faites vos affaires putrides, sont inévitable, nécessaires, et impossibles à stopper.

Même remarque, si vous ne comprenez pas pourquoi ceci est inévitable et impossible à stopper, lisez ce billet , pour ce qui est d’être nécessaire, je vous laisse juger.

We Are Anonymous,
Nous sommes les Anonymous

We Are Legion And Divided By Zero.
Nous sommes légion et divisé par nul

« We are divided by zero » : cette expression souligne le danger représenté par les Anonymous (e.g. si vous divisez quoi que ce soit par zero dans un programme, vous le faites planter). En affirmant que Anonymous est « divisé par zéro », on image ainsi sa capacité à être à l’origine d’un plantage général du programme. Tout comme le concept de la fuite d’Assange est un social hack, l’idée ici est d’illustrer cette possibilité que les Anonymous soient, eux aussi, un social hack, thèse à laquelle je souscrit totalement, sans nécessairement y voir une intention, contrairement au social hack introduit par Wikileaks.

We Do Not Forgive Internet Censorship
Nous ne pardonnons pas la censure de l’internet

And We Do Not Forget Free Speech.
Nous n’oublions pas la liberté de parole.

We Are Over 9000,
Nous sommes plus de 9000

« We are over 9000″ est un « meme », qui signifie « nous sommes nombreux ». J’ai tendance à y ajouter « et sur le point de connaitre une croissance exponentielle ». Je vous laisser consulter l’encyclopédie du meme pour vous faire votre propre idée (via @Michael)

Expect Us!
Attendez-vous à nous !


Recommandez cet article à vos amis

et rejoignez nous sur Facebook et Twitter...



61 commentaires pour cet article

  1. Goldie

    Enfin quelque chose de juste sur les anons.
    Merci :)

  2. Michaël

    Le « We Are Over 9000 » ne désigne pas leur nombre, c’est une référence à un mème : http://knowyourmeme.com/memes/its-over-9000

  3. Galuel

    Puissant en effet…

  4. Romain

    Merci Michaël, on aurait pas deviné sans toi…

  5. Michaël

    @Romain :
    Ironie ? La précision me semblait importante car la traduction qui en est faite peut prêter à confusion. Et, à ce que je sache, les lecteurs de RWW ne sont pas tous censés être au courant du flot de mèmes incessant qui jaillit de 4chan…

  6. Wilnock

    Je ne sais pas si c’etait de l’Ironie, mais en tout cas pour moi la precision m’a ete utile, car je ne connaissais pas ce detail (des memes, y’en a tellement que l’on n’arrive pas forcement a les suivres, meme avec « la minute memes » de liberation)

  7. Fabrice Epelboin

    @Romain

    Il y a de nombreux députés qui lisent ce blog, je suis sûr que le lien de Michaël peut leur être utile (ne serait que pour qu’ils réalisent l’ampleur du fossé qui les séparent de la compréhension de ce qu’il se passe ;-)

  8. petitesphrases

    ouais, enfin par expérience le groupe n’est à priori pas une forme d’intelligence collective (si tu as déjà été dans un stade de football tu comprendras ce que je veux dire), mais alors un groupe anonyme je pense que c’est complètement pas possible !

  9. Mila Saint Anne

    Les images viennent du flme « V comme vendetta »…. excellent au demeurant :)

  10. Chrysler campbell

    Oui, tutafé.
    Les droits de l’homme et de la connection internet…
    Allez, tout le monde devant sa webcam pour une manif virtuelle, puis on retourne au bureau.
    En fait, on peut même rester au bureau.

    Je suis hors-sujet, je le sens. Ma forme d’intelligence est par trop primitive. Désolé ;-)

  11. inwebitrust

    Le problème posé par les Anonymous c’est que justement, ils le sont anonymes… Si d’un coté cet anonymat leur offre une certaine invulnérabilité, il ne leur garantit pas une visibilité et surtout il encourage leur stigmatisation par la grande majorité de nos classes dirigeantes qui les font passer pour des anarchistes, utopistes, doux-rêveur alors que ce sont avant tout des citoyens concernés et engagés dans les problèmes de notre société.

    Ces citoyens « éclairés » nos démocraties veulent les combattre. Leurs lobbies politique, économiques, marketing sont en place afin de faire passer les « éclairés » pour des « illuminés », heureusement Internet permet de donner un point de vue différent (ce blog en fait parti), certains médias traditionnels osent se mouiller comme Der Spiegel et j’espère que vous allez continuer ainsi.

  12. Romain

    @Fabrice Je m’incline, chef.

    @Michaël, au temps pour moi.

  13. ravaged

    A ce sujet, a-t-ton une idée du nombre d’Anonymous ? (à dissocier des membres de 4chan)

    @petitesphrases : je pense que si les 80 000 spectateurs d’un match mettaient le ballon de côté, et réfléchissaient à comment ils pourraient pointer les problèmes de la société, et comment, à leur niveau, collectivement et avec la force d’un union ils pourraient agir sur ce système, ils seraient à prendre au sérieux, et on parlerait bien d’intelligence collective.

    Mais bon, l’intelligence dans les stades de foot n’en n’est qu’au stade virtuel.

    Quand je vois à quel point les jeunes peuvent être débiles, en particulier aux states, je trouve rassurant qu’il y ait encore ce genre de collectifs, capable de réfléchir, d’agir, de se rebeller, d’affronter le système, d’être fortement soudé et de le faire au bénéfice de leurs concitoyens. Leurs méthodes sont très discutables et pourtant le but est louable.

    @Fabrice : je ne sais pas qui a fait la traduction du dernier texte (paroles de la vidéo) mais elle est bourrée de fautes de conjugaison (mais merci beaucoup de l’avoir fait).

  14. Strik9

    Je suis un peu septique face à cette analyse. Ne sommes nous pas face à un phénomène totalement pyramidal quelques leaders en haut qui prennent des décisions et en bas une armée de script kiddies qui finalement cliquent sur un bouton ?

    Sans vouloir passer pour un vieux con, si demain Anonymous DDoS le site de l’Elysée est-ce que le gouvernement félon que nous avons va annuler la LOPPSI2 par exemple ? Attention je ne dis pas que la démarche d’aller dans la rue n’est pas la solution nous l’avons vu récemment. Je me pose la question, la lutte à l’heure du numérique c’est quoi ?

  15. Mustrum

    @Strik9

    En fait d’intelligence collective, je pense plutôt que les anonymous sont juste une communauté de personnes qui partagent naturellement un ensemble de codes (issus de l’utilisatino du net), de valeurs (pas touche à mon net : c’est-à-dire pas touche à la transmission de l’information). En un sens, une « culture » commence à naître là. Et c’est particulièrement intéressant car les seules cultures transcendant les états jusqu’à présent étaient plutôt politiques (marxisme, libéralisme) ou religieuses.
    Ou classer les anonymous ? Une nouvelle vision politique peut être ?

  16. Fabrice Epelboin

    @Stri9

    Non, aucune pyramide, mais alors, vraiment pas du tout, c’est même précisément l’inverse. Google n’a pas de hiérarchie, les Anonymous non plus, le monde change.

  17. Fabrice Epelboin

    @ravaged

    Non, pas de comptabilité, et je ne vois pas comment on pourrait imaginer en faire, il y a eu quelques comptage lors d’attaques ddos, mais ça ne veut pas dire grand chose ;-)

  18. Fabrice Epelboin

    @inwebitrust

    Les classes dirigeantes ? Mais… leur crédibilité est nulle désormais, ils peuvent raconter ce qu’il veulent, plus personne ne va les croire. Par ailleurs, personne ne nie qu’il y ait dans le mouvement Anonymous une forme d’anarchie, ce qu’il est important de réaliser à présent, c’est qu’à force de vouloir prendre le contrôle du net, ce dernier vient de faire un coup d’Etat et a pris de façon définitive le contrôle de l’IRL pour y imposer SES règles, tout aussi exogènes au IRL que le sont ACTA et Hadopi dans le virtuel.

    That’s life. You play, you fail, you just lost. No extra life. Sorry. Don’t try again.

  19. kob

    @ravaged : Nous sommes nombreux et peu importe notre nombre, mais nous sommes effectivement « Over 9000″ =)

    Nous serons toujours plus, notre anonymat reste notre force et seul nos actions sont à retenir, rien d’autre.

    La reconnaissance, et l’avis des gouvernance ne nous intéressent aucunement.

    Nous souhaitons éveiller les consciences des futurs Anonymous et du monde, qu’ils rejoignent le mouvement, et surtout qu’ils agissent.

    Peut être sommes nous la première forme de conscience collective, mais il me semble que l’Internet mérite davantage cette appellation.

    Nous serions davantage les gardiens de cet espace, ainsi que de farouches défenseurs des libertés individuelles.

    Notre lutte est juste, nos modes d’actions discutables pour certains, sont adaptés à nos cibles.

    Voulez vous continuer à défendre ceux qui ont plongés notre monde dans cette société mercantile, où les entreprises et les gouvernements peuvent ignorer le bien être des êtres humains? Mentir le sourire aux lèvres pour justifier leurs actes ? Et réduire au fur et à mesure nos libertés ?

    Un jour nous retirerons nos masques, mais ce jour semble encore bien loin.

    We are Anonymous, We are legion, We do not forgive, We do not forget, Expect US !

    And you’re welcome !

  20. samousawarrior

    « Les Anonymous, eux, offrent une autre forme de phénomène collectif. On s’y sépare de son identité, comme souvent sur Wikipedia, mais contrairement à cette dernière, on n’use pas d’une identité virtuelle pour participer à l’effort collectif, on partage une seule identité avec le groupe »
    remplacer Anonymous par « al qaida », et la phrase marche aussi.
    Pas de jugement de valeur, juste bien comprendre qu’il n’y a rien de très nouveau en réalité.

  21. xavier

    Euh, vous êtes sûr que c’est pas juste une campagne de pub pour V comme Vendetta 2 ? ;-)

  22. iGor

    tout d’abord une petit info. c’est un détail, mais autant le savoir:
    l’illégalité des DDoS software en GB du moins.
    je n’approuve ni ne dénonce, mais si c’est une information utile…

    ensuite, j’imagine que ça fait un moment que des masses nombreuses de poètes ont réalisé qu’Anonyme était l’animal humain le plus intéressant de notre époque.
    la notion d’auteur n’est qu’un fake ;)
    vive le partage de l’information

    et merci pour l’article. nous vivons une époque étonnante.

  23. Strik9

    @fabrice

    Google n’a pas de hiérarchie ? Il me semblait pourtant que le secret le mieux gardé de google venait de son algorithme de classement de l’information non ? Si il y a plusieurs pages de recherche avec un classement sur la pertinence du contenu recherché, c’est bien qu’il y a une hiérarchisation de l’information non ?

    Sur le modèle anonymous je reste sur ma faim, je serai curieux de connaitre leur modèle dans les prises de décision, le choix des attaques, le choix des logos et autres images permettant de médiatiser le mouvement il y a t-il un vote, qui prend la décision ?

    Pour avoir trainé dans des hackerspaces en France et à l’étranger (le rapprochement des deux est un peu maladroit j’avoue, mais ces deux structures me paraissent assez proche finalement dans leur organisation ou tout du moins ce qu’elles font ressortir hors du cercle des initiés) sous l’image d’un collectif auto-géré il y a toujours une forme de hiérarchie ou la prise d’un leadership assumée ou implicite de certains. D’où mon questionnement sur les anonymous. D’ailleurs tu prends l’exemple de wikipedia, dont l’organisation et particulièrement codifiée.

  24. Strik9

    Attention je ne critique pas le mouvement que je trouve très intéressant (bien que certains trucs me posent question), mais j’aimerai comprendre :)

  25. loic

    Regardez 8th wonderland film sorti l’année dernière anonymous sent le copier/coller !

  26. Fabrice Epelboin

    @strik9

    Pas de hiérarchie, pas de secret, c’est pas la même chose ;-)

    Les hacker space sont un excellent lieu pour voir de près des valeurs proches, mais vous n’y trouverez pas ce phénomène d’identité collective. Les anonymous ne peuvent avoir de structure car ils ne savent pas qui ils sont entre eux, seuls quelques petit groupuscules ça et là sont en mesure de lancer une action, mais à la base, un bon spécialiste des mécanisme de buzz qui connaitrait bien la topographie du terrain pourrait le faire aussi.

  27. Fabrice Epelboin

    @loic

    Ce n’est pas vraiment un copier coller, c’est un remix, nuance ;-)

  28. illwieckz

    @Mustrum

    > En fait d’intelligence collective, je pense plutôt que
    > les anonymous sont juste une communauté de
    > personnes qui partagent naturellement un ensemble
    > de codes (issus de l’utilisatino du net),

    Je pense que si ces codes peuvent êtres vu comme un langage, ce qui est est intéressant c’est qu’ils peuvent surtout êtres appréhendés comme des signaux. Ce système de signaux est porté par un réseau, et chaque anonymous est un nœud de ce réseau. Dans ce réseau, chaque nœud possède son intelligence propre et sa liberté et peu retransmettre un signal, le modifier, ou le taire. Lorsqu’un évènement survient auprès d’un nœud de ce réseau, ce nœud génère un ensemble de signaux que chaque nœud connexe reçoit, digère et retransmet.
    Si chaque nœud possède son intelligence propre, le mouvement général des signaux dans le réseau ne dépendent pas que de ces intelligences, mais aussi de la topologie du réseau. Un nœud est modifié par un signal qu’il reçoit, il peut changer ses connexions, on peut donc dire que les signaux influencent la topologie du réseau. Ils ne la déterminent pas, le nœud possède sa liberté propre, mais ils l’influencent. Ainsi on peut voir que le réseau lui-même a un mouvement et une forme qui lui sont particuliers et changeants, avec un phénomène d’assimilation et de réaction qui peut être étudié de manière particulière, et une expression qui lui est propre.

    > En un sens, une « culture » commence à naître là.
    > Et c’est particulièrement intéressant car les seules
    > cultures transcendant les états jusqu’à présent
    > étaient plutôt politiques (marxisme, libéralisme) ou
    > religieuses. Ou classer les Anonymous ? Une nouvelle
    > vision politique peut être ?

    La question de la culture est pertinente car en effet c’est bien une des choses les plus mise à mal à notre époque, avec l’appropriation de l’intelligence. C’est bien ce qui sert de support à l’Anonymous : une culture et une intelligence désappropriée. La culture transcendent les peuples, les nations, les états, mais la culture transcende aussi la politique, c’est pour cela que je pense que pour être efficace, par conception un tel réseau se doit d’être culturel avant d’être politique. Mais il y a une chose qui transcende la culture, c’est la religion.
    Dans cette page et dans les vidéos citées on retrouve un mème dont on retrouve une première trace écrite au premier siècle : « My name is Legion, for we are many ». Ce meme était déjà l’expression d’une intelligence particulière il y a 20 siècles. Le phénomène religieux est certainement le plus efficace fédérateur et le plus puissant mobilisateur. Le religieux ne transcende pas seulement les société, mais transcende aussi l’homme au plus profond de sa personne. Pour que le réseau Anonymous exprime non le chaos mais une forme particulière d’intelligence, il faut que chaque nœud, et donc chaque Anonymous soit transcendé. Anonymous sera religieux ou ne sera pas.

    Je pense plutôt que le phénomène Anonymous est moins une intelligence collective que l’expression collective d’une forme particulière d’intelligence. C’est l’élaboration de cette expression qui est collective, moins que l’intelligence. C’est la nature du réseau, et l’intelligence des nœuds, qui détermine ce qui est exprimé.

    C’est le propre de l’homme de constituer des sociétés, avec ses codes et ses langages et d’échanger sur ses passions, désirs, craintes, volontés… En cela l’homme a toujours forgé des communautés dont l’expression communautaire pouvait être étudiée comme une seule expression. Un simple mouvement de foule en est l’expression la plus banale. Ce qu’il y a peut-être d’original ici c’est de soumettre le développement de cette société à un ensemble de règles qui empêchent sa centralisation. En cela, ce qui est nouveau, ce n’est pas qu’une expression soit le fruit d’une mise en commun d’un travail intelligent, mais que par conception, les codes de cette société font que seule l’expression finale puisse être appréhendée. On ne peut étudier les Anonymous que sur leur aspect collectif, car ce n’est que l’expression collective qui est pertinente, à dessein. S’il y a une intelligence, elle ne sera exprimée que collectivement. S’il y a un chaos, de même.

  29. Geopan

    Rêve du jour où toutes les personnes descendu dans la rue, par exemple contre la réforme des retraites, auront compris comment utiliser LOIC…

  30. Pierre

    Collective, indubitablement.
    mais intelligence ? On parle vraiment des Anonymous ?
    Il suffit de passer 5 minutes sur /b/ pour comprendre l’absurdité de la chose…

  31. Antoine Dupin

    Est ce là la contre-culture des années 2000 ? Dans les années 70, c’étaient les Punk, en 80 le hip-hop, 90 les boys band (nan nan rangez vos fourche là je déconnais). En tout cas , à suvire

  32. ravaged

    @Pierre :
    confusion entre 4chan & Anonymous…

  33. greg

    @Pierre
    Il faut relire la définition d’intelligence peut être: « évoluer en fonction de son environnement pour s’y adapter et y proliférer, et surtout de créer des objets culturels qui font acte de communication »…
    ça n’empêche d’être stupide ou kikoo lol ;)

    Sinon je pense que le mouvement des Anonymous va se heurter à la réalité… plus leur combat va avancer et plus il faudra revenir dans le monde réel, descendre dans la rue, discuter avec les politiques… Cela va forcément voir émerger des éléments de la communauté qui vont dévoiler leur identité… non ??
    Ils ne pourront pas rester derrière une machine pour aller plus loin et cela marquera la fin du mouvement, qui en devenant réel peut présenter des dangers car on se rapproche de phénomènes connus comme l’autocratie, etc (cf http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Troisième_Vague)
    L’homme a besoin d’avoir et d’affirmer son identité sinon il devient manipulable…

  34. Fabrice Epelboin

    @greg

    tout a fait, le web pulule de production kikoo lol qui sont pour autant réalisés par des êtres humains, qui sont, par définition, doués d’intelligence… Par ailleurs, désolé, mais les trois clips présentés dans ce billet ne sont pas vraiment kikoo lol…

  35. Fabrice Epelboin

    @greg

    Pas sûr que les Anonymous aient ce rôle un jour de dialogue, autrement que dans l’action/réaction actuelle. Pas sûr qu’ils aient vocation/dessein à être autre chose qu’une force dans le social de demain, sans nécessairement remplir une fonction ‘complète’. Qu’est ce qui les empêchent de rester dans le virtuel ? Ils peuvent laisser d’autres faire le rôle de dialogue avec les politique ou celui de manifestants ou d’émeutiers.

  36. anon34536437568

    Intéressant cet article.
    Faisant « partie » d’Anonyous depuis des années, je pense que l’on peut effectivement parler d’intelligence collective.
    Chaque voix au sein d’Anonymous a la même portée que les autres, grâce à l’anonymat, et chaque entité assimile et raisonne sur le discours de chacun pour se forger sa propre opinion. En attachant plus d’importance au contenu qu’au contenant on s’adresse directement à la capacité de raisonnement, et ainsi à l’intelligence, de chaque entité.
    Les (ré)actions qui en découlent résultent ensuite d’un mouvement de rassemblement des idées en divers groupes, chaque groupe ayant une population qui chiffrera l’impact de l’action entreprise.

    Et comme le dit ravaged, 4chan != Anonymous.
    Quand bien même ce fut le cas, les sujets « intéressants » passent régulièrement sur 4chan, même sur /b/.

    Concernant le passage de « derrière l’écran » à « IRL », il en faut peu, très peu, pour qu’un grand nombre de personnes influence grandement un système global par de toutes petites actions. Et dans la masse, certains seront prêts à entreprendre des actions plus coûteuses que d’autres.

  37. tiopeaz

    ca ma fait penser à un mix entre V comme vendetta (evidemment) fight club et les francs maçons moi

  38. An0nyFAIL.

    « Les Anonymous sont bien partis pour être un phénomène majeur, au même titre que Facebook, avec des répercussions culturelles, sociales et politiques d’une amplitude considérable. » #JOURNALISMFAIL.

    Franchement, sortez un peu de vos PC et allez voir dehors. Parlez des anonymous à, par exemple, à vos amis et vous verrez que tout le monde s’en contre fiche. Alors de là à dire que cela va être un « phénomène majeur » et comparer ce phénomène à « Facebook », faut pas trop s’emporter.

    La plupart des anonymous sont des kikoulol qui ne pensent qu’à faire des DDoS et à jouer au Hackers en installant un logiciel dont ils ne connaissent même pas le fonctionnement réel.

    De plus, on l’a bien, vu, dès qu’une petite (voire infime) partie des anonymous a voulu évoluer en maturité avec l’analyse des câbles, et bien il n’y avait presque plus personne pour les aider, bizarre pour un mouvement hacktiviste.

  39. Anonymous

    @An0nyFAIL : Peut être certains d’entre nous sont-ils des imposteurs… Mais il ne faut pas prendre leur cas pour une généralité, notre but est bien réel et notre cohésion est la clef pour le mener à son terme.

    J’aime bien cette façon de nous désigner comme une « intelligence collective » car je crois que c’est bien d’une certaine manière ce qui nous caractérise : des individus séparés, sans aucun lien apparent, partageant les mêmes opinions et s’exprimant d’une seule voix.

    Merci à Fabrice Epelboin pour cette présentation, on a parfois besoin d’un point de vue extérieur pour savoir qui l’on est réellement ^^.

    We Are Anonymous,
    We Are Legion And Divided By Zero.

  40. Fabrice Epelboin

    @An0nyFAIL

    Alors de là à dire que cela va être un « phénomène majeur » et comparer ce phénomène à « Facebook », faut pas trop s’emporter.
    La plupart des anonymous sont des kikoulol qui ne pensent qu’à faire des DDoS et à jouer au Hackers en installant un logiciel dont ils ne connaissent même pas le fonctionnement réel.

    Et sur Facebook, il se passe quoi en dehors d’une grosse masse de kikoolol avec de temps à autres des trucs intéressants ? (comme Greenpeace – Nestlé sur Facebook, ou la production par les Anonymous des petits clip très pro comme ceux ci dessus)

    De plus, on l’a bien, vu, dès qu’une petite (voire infime) partie des anonymous a voulu évoluer en maturité avec l’analyse des câbles, et bien il n’y avait presque plus personne pour les aider

    Vous vous attendiez à un résultat immédiat pour un truc comme ça ? Attendez un peu de temps, que les outils de datajournalism soient plus avancés, plus collaboratifs, et rendent ce genre de tâche plus facile, et vous verrez que ce projet est des plus malin. C’est d’ailleurs la vision initiale qu’Assange avait de Wikileaks, sauf qu’en 2006, personne n’est venu faire ce travail, car personne n’en réalisait l’importance.

    La dernière vidéo de cet article a du demander dans les 3 jours de boulot à un pro. Et je ne parle pas du scénario, juste de la réalisation. A partir du moment ou quelqu’un (ou un petit groupe) est capable d’investir son talent à la réalisation d’un truc pareil, de façon anonyme et ‘pour la cause’, il semble évident que d’autres, de plus en plus nombreux, viendront apporter leur talent au décryptage des ‘fuites’. Ca prendra du temps, c’est certain, mais cela se fera, n’en ayez aucun doute.

  41. Julien (aka artxtra)

    Je suis très partagé sur Anonymous :
    - Effectivement, ce n’est pas une organisation hiérarchisée, mais une adhocratie. Google EST hiérarchique (il y a des actionnaires, un board, des stagiaires, un algo secret, etc..), IETF est adhocratique, Wikipedia est un (re)mix puisque certains contributeurs ont plus de pouvoirs que d’autres.
    - L’adhocratie est proche de l’égalitarisme (sauf qu’elle admet l’idée de leader charismatique, d’expert, de fondateur, etc.. voir chez Cory Doctorow). On retrouve évidemment cette idée dans la co-construction, le web collaboratif, l’intelligence collective, les smart mobs, la gouvernance 2.0, etc. …et dans Facebook. Si on laisse de côté l’entreprise (et son PDG), les 500 millions de membres sont tous égaux (voir l’epic fail du president of facebook).
    - Cette égalité est le fait d’un anonymat, ou son radical inverse, d’une transparence (mais sauriez-vous nommer tous les amis que vous avez sur Facebook ?). C’est exactement le mode de fonctionnement de la République (ou sphère publique) : les Romains avaient pour devise SPQR (SenatusPopulusQueRomana – Le Sénat et le Peuple font Rome). Le Sénat concerne ceux qui sont identifiés (sénateur = sénile = le vieux), le peuple ou la plèbe concerne ceux qui ne sont pas identifiés. Dans le suffrage, ceux qui ne sont pas identifiés (mais autorisés) identifient ceux qui vont les gouverner. Habermas définit la sphère publique comme « le processus au cours duquel le public constitué s’approprie la sphère publique contrôlée par l’autorité et la transforme en une sphère où la critique s’exerce contre le pouvoir de l’État.” Oskar Negt parle d’espace public oppositionnel : les Anonymous sont complètement dedans. Il faut d’ailleurs se souvenir que les Anonymous s’organisent via le Net, mais se sont fait connaitre IRL à leur début en manifestant dans la rue (Populus), contre l’Eglise de Scientologie (Senatus).
    - Mais il faut bien voir que l’anonymat et l’égalitarisme conduisent à l’élimination de toute discrimination : Peut-on être « tous égaux, tous différents » ? Anonymous se rapproche de l’esprit-de-ruche, et les DdoS d’une attaque d’essaim. Ne risque-t-on pas de perdre sa personnalité dans l’anonymat et le collectivisme ?
    - Certes Anonymous est un des prototypes de modèles sociaux en construction. Mais va-il se stabiliser ?
    On voit comment le modèle politique dominant réagit face à Wikileaks (conspué par ceux qui ont voté LOPPSI2). On voit comment le modèle économique dominant à récupérer l’idée dans Facebook. Maintenant, on est en droit de se demander, avec un fol espoir, comment le modèle social (est et) va réagir ?

  42. Fabrice Epelboin

    @Julien

    j’ai peur qu’il vous manque un élément de compréhension dans le jeu d’identité proposé par les Anonymous à ses participants, le simple fait que vous vous demandiez : « Ne risque-t-on pas de perdre sa personnalité dans l’anonymat et le collectivisme ? » le montre très clairement. Trouvez en quoi cette question a été tout simplement annulée par la structure même des Anonymous et vous aurez la réponse à vos autres question (comme celle, tout ausi saugrenue, de se demander si un truc par définition anarchique et mouvant va se stabiliser. Par nature, non, le jour où ils se stabilisent, ils seront rayés de la carte, mais en même temps, cette option ne s’offre pas à eux. Ils ne peuvent être récupérés, ils ne peuvent être corrompus, ils ne peuvent être prévisible, précisément parce que les Anonymous, comme Wikileaks, procède du social hack ;-)

  43. Foudge

    « Divided By Zero » a été traduit pas « divisé par nul ». Ca me parait franchement peu compréhensible. Quel est le sens donné par « Divided By Zero » ? Un rapport avec la notion de l’infini ?

  44. Fabrice Epelboin

    @Foudge

    Vous l’auriez traduit par quoi ? C’est un jeu de mot entre « divided by zero » qui est l’explication d’un message d’erreur telle que la donne beaucoup de languages de programmation, une allusion à l’infinie pour ceux qui se souviennent des cours de math sur les suites, un truc à prendre au premier degré (nul ne nous divise, d’où mon choix du mot « nul » pour « zero »), et bien sûr, un meme, qui sous cette expression souligne le danger représenté par quelque chose (e.g. si vous divisez quoi que ce soit par zero dans un programme, vous le faites planter) http://encyclopediadramatica.com/Divide_by_zero

  45. Fabrice Epelboin

    @Foudge

    Au final, comme @Michaël, vous soulignez la complexité de la construction de ce message des Anonymous. Il est à la fois destiné aux puissants qu’ils défient, et c’est une menace, voir une déclaration de guerre, mais il est également destiné à tout un groupe social, la génération Y, qui y retrouve des éléments de langage, ces ‘meme’, leur permettant de comprendre bien plus que ce que les adultes y voient.

    Si vous êtes un adulte et que ces éléments de langages vous échappent, dites vous que c’est un phénomène classique pour une langue parlée. Rien de si différent de l’argot d’hier. C’est juste la meta-signature du message, qui nous confirme une chose : les Anonymous sont un phénomène propre à un assemblage de technologies sociales, mais également un phénomène générationel. Ils sont un symbole de cette fracture techno-générationelle dont je parle dans ces colonnes à tord et à travers depuis des années.

    Si vous voulez comprendre le terrain de la bataille qui se joue et dont parle ce clip, et que, comme moi, vous avez largement passé l’âge de faire parti de cette génération, je vous suggère la lecture de ce billet qui dresse le constat du territoire réel/virtuel qui servira de champ de bataille. C’est parfaitement compréhensible sans comprendre quoi que ce soit aux manga japonais ou aux BD cultes qui forment l’imaginaire du phénomène Anonymous.

    http://rww.zergy.net/2010/12/13/a-la-une/si-wikileaks-tait-une-chance/

  46. Matthieu

    @Fabrice d’après le Guardian (http://www.guardian.co.uk/media/2010/dec/16/wikileaks-anonymous-hierarchy-emerges), il y aurait quand même une hiérarchie : « But inside Anonymous, the Guardian has found that the organisation is more hierarchical – with a hidden cabal of around a dozen highly skilled hackers co-ordinating attacks across the web. »

  47. Fabrice Epelboin

    @Matthieu

    C’est à mon sens une interprétation à la fois paranoiaque et qui n’a pas compris ce à quoi elle a à faire : un social hack.

    Qu’il existe à ce jour ou non un groupe de leaders au sein des Anonymous n’a, au final, pas la moindre importance, tout comme le fait de savoir si Wikileaks a ou non un agenda politique importe peu. Pour ce qui est de Wikileaks, je te laisse lire ce billet. Pour ce qui est des Anonymous, je te propose de réfléchir à cette petite histoire.

    Quand j’ai montré le dernier clip (celui dont j’ai traduit le texte en Français) à mes proches, leur première réaction a été de me dire que c’était de moi. J’aurais très bien pu en écrire le texte, et ce qui m’a permi de leur prouver que je n’y étais pour rien, c’est tout simplement le fait que mon niveau en After Effects est largement insuffisant pour réaliser un tel truc (sans même parler de mon manque de talent absolu pour faire du montage). J’aurais pu me faire aider (j’ai les compétences techniques et graphiques autour de moi, ce sont des jeunes tout à fait sympatisants à la cause, je les aurai convaincu sans problème de m’aider, mais comme certains de mes proches m’ont vu quasi non stop ces dernières semaines, cette hypothèse ne tenait pas la route).

    Le point important, c’est que j’aurais pu le faire. Je sais où se ‘fomentent’ les ‘coups’ des Anonymous, je pourrais me glisser là dedans, faire des propositions d’action, convaincre, orienter les débats… je fais ça tous les jours depuis longtemps, je le fais en ce moment même, et j’ai observé de près (et parfois participé à) ce genre de luttes en ligne, en Iran, en Tunisie, en Egypte, mais aussi bien sûr en France. D’autres dans l’équipe RWW ont fait de même en Chine, et ailleurs, à nous tous, on a eu l’occasion d’avoir un aperçu assez complet des modes d’actions ‘hacktivistes’…

    Conclusion, un type comme moi peut demain ‘ajouter’ aux Anonymous. En pratique, des milliers de types comme moi peuvent demain rejoindre les Anonymous et y exercer un rôle d’influence qui, s’il est bien mené, déclenchera des actions collectives. Avouez qu’on est loin d’une hiérarchie.

    L’alternative à la hiérarchie n’est pas, loin s’en faut, l’égalitarisme. La vision égalitariste est un leurre, il est évident qu’il existe au sein des Anonymous des leaders qui savent mieux que d’autres faire passer leurs idées, les faire circuler, jouer des jeux d’influences, des discours, d’une capacité à rassembler autour d’idées et de concepts. De là a dire qu’il y a des leaders et une organisation, c’est idiot, c’est un concept social qui justement ne peut être contrôlé. Au mieux, temporaiement et en partie influencé, au fur et à mesure que de nouvelles compétences, plus pointues, rejoignent le groupe.

    En quelques semaines, on a vu les Anonymous passer d’un mode d’action digne de script kiddies énervés et un peu puérils à des revendications politiques à visée universelle contruite sur des bases idéologiques d’une cohérence sans failles. Cel ne peut procéder que de l’augmentation du groupe de nouvelles compétence, d’une réorientation (ou plutôt d’un fork) vers l’infowar là où il en était à la cyberwar il y a encore quelques temps (bien que, la lutte contre la Sciento était déjà une infowar). Demain, on verra tout un tas d’autres évolution, ou plutot, j’insiste, de forking, dans les revendications et les modes d’action des Anonymous. Pas de leaders, juste des influents.

  48. Matthieu

    @Fabrice Merci pour ta réponse, je comprends mieux. L’article du Guardian était le premier que je lisais sur les Anonymous, groupe que je ne connaissais pas (tout comme le monde hacktiviste). Si guerre contre les Anonymous il y a, elle semble donc perdue d’avance ; ils utilisent des méthodes de guerre inefficaces dans ce nouveau monde

    On manque d’articles de prospective dans les médias (même les meilleurs tels que le guardian ou wired), Wired spéculait sur l’arrêt de Wikileaks (http://www.wired.com/threatlevel/2010/12/wikileaks-reels/) suite aux difficultés d’Assange sans se poser la question de la relève qui ne manquerait pas d’arriver
    Excellent article sur Wikileaks et la comparaison avec l’industrie de la musique

  49. Julien (aka artxtra)

    @fabrice : quand je parlais de stabilisation, je ne pensais à l’organisation nommée Anonymous, mais au modèle social qu’elle soutient, et que tu appelles le social hack (bidouillage social ?). C’est ce genre de pratique sociale qui à mon sens va se diffuser de + en +, pour les raisons qu’on imagine (si on hacke un logiciel, c’est que celui-ci est buggé). Mais surtout, si Internet permet l’organisation ‘underground’, il autorise aussi à n’engager qu’un aspect de sa personnalité (une identité numérique). Comme tout mouvement radical, on risque d’y perdre son individualité, ou on va chercher à la maintenir au sein de l’organisation en la hiérarchisant (cf. le Guardian, cf. Assange, etc..). Si l’on refuse cette forme d’appropriation (dans la logique du social hack), on doit adopter un mind hack : sommes-nous prêt à aller jusque-là ?

  50. Fabrice Epelboin

    @ Matthieu

    On manque d’articles de prospective dans les médias

    Les média, pour la plupart, ne comprennent absolument rien à internet. Ils le voit comme un outil ou un média, il leur reste encore un bon bout de chemin cognitif a faire avant de mesurer l’ampleur de ce qu’il vient de se passer. Par ailleurs, est-ce bien leur boulot de faire de la prospective ?

    @Julien (aka artxtra)

    si on hacke un logiciel, c’est que celui-ci est buggé

    Non, pas du tout, hacker signifie tout autre chose. Ca veut dire détourner, prendre à contre pied, trouver à quelque chose une solution que le concepteur de la chose n’avait pas imaginé… enfin, ça n’a rien à voir avec un bug, même si le but d’un hack peut être de déclencher un bug, c’est très différent.

    Comme tout mouvement radical, on risque d’y perdre son individualité, ou on va chercher à la maintenir au sein de l’organisation en la hiérarchisant

    Ca, c’est le naturel de l’homme, on est d’accord, mais si le mode de fonctionnement même de cette organisation fait que ses membres sont des assemblages ponctuels d’anonymes, dont quelques uns se connaissent, certes, mais qui restent une constellation d’anonymes ou de petits agrégats anonymes, avec entre eux ce que l’on appelle des ‘liens faibles’, je ne vois pas comment la moindre hiérarchie pourrait apparaître là dedans. Au pire des jeux ponctuels d’influence, au final, un peu de bruit, mais pas de possibilité de contrôle. C’est la tout le hack, d’ailleurs.

    Le fait que cela relève de la perte de personnalité est vraisemblablement un problème de génération. Je suis né en 1970, ma personnalité s’est formée au sein de ma famille, de la cour d’école, etc. Quelques centaines de personnes, tout au plus, et le besoin d’assumer une cohérence d’ensemble. De nos jours les enfants vivent cette phase critique pour la personnalité qu’est l’adolescence avec des outils comme Facebook, Skyblog et MSN, ils sont bien plus à l’aise pour en changer comme de chemise, en assumer plusieurs en même temps sans être schizophrènes, faire des expériences avec le concept même de personnalité qui nous étaient impossibles à leur âge. Que tout cela nous donne aujourd’hui des jeunes adultes en mesure de jouer avec le concept d’anonymat collectif de la sorte ne me surprend guère. Les gamins sont des aliens, mais il va falloir apprendre a vivre avec, car ils sont parmi nous ;-)

  51. ShadowS

    Je ne pense pas personnellement qu’il s’agisse d’un phénomène générationnel mais plutôt d’une étape de l’évolution de la société actuelle, basée sur des modèles obsolètes qui craquent de partout. Société qui n’a d’autre alternative que d’évoluer vers quelque chose de complètement différent, loin des modèles intellectuels actuels et des cadres existants, pour pouvoir poursuivre et éviter de disparaitre.
    L’intelligence n’est peut être que le résultat visible d’une conscience collective qui s’exprime d’une seule voix pour faire entendre son postulat.Les moyens d’expression ou d’action peuvent être légions, la finalité reste indivisible.

  52. Luzark

    Si personne ne peut cerner complètement anonymous, alors les gouvernement ne le peuvent pas.
    Anonymous avance comme une mode, personne se concerte et tout le monde avance pourtant dans le même sens.
    L’effet de masse annule justement tout les petits détails futiles d’une organisation structuré.
    Pour ne pas citer un passage de film : Anonymous, c’est votre père, votre mère, votre frère, vous et moi.

    Anonymous c’est le peuple numérique.
    Il ne peut être censuré ou contrôlé.
    Pour cerner anonymous, il faut éviter le coté matériel de la chose,
    Le terme de conscience collective aurait peut être mieux convenus.

  53. phenix

    Alors anonymous certain unis dans un mais légion suprême… Cependant une question me ta rode… qui est le meneur, le chef car dans tout groupe il y a une hiérarchie, une personne qui se positionne toujours un peu au dessus par sa position plus dominante… Ce groupe ne peut pas être techniquement viable s’il n’y a aucune hiérarchie minimum.

  54. elbonzo

    je taujour révé sa

  55. Fabrice Epelboin

    @phenix

    C’est toute la difficulté pour appréhender ce phénomène. Le groupe n’est pas fixe, sa composition est en constante évolution, il n’y a pas de hiérarchie et pas d’organisation, donc pas de leader, ce qui n’empèche pas certains de prendre ‘le lead’ sur telle ou telle opération, mais il ne s’agit que d’influence ponctuelle, pas d’un leadership établit.

    D’autres ‘organisations’ fonctionnent sur le même modèle:
    http://rww.zergy.net/2011/02/01/a-la-une/chaos-productivit-lentreprise-20-chez-les-cyberactivistes/

  56. Meskin

    bonjour , et comment faire partie de cette communauté , svp ? Les actions revendiquées m’intéresse vraiment , et je souhaiterais y apporter ma contribution .

    Merci , a bientôt.

  57. Fabrice Epelboin

    Vous pouvez commencer par là : http://www.anonnews.org/ /-)

  58. Meskin

    en faite , on ne s’inscrit nulle part ?!

  59. Fabrice Epelboin

    @ Meskin

    Mais bien sur que non, vu que l’idée c’est d’être anonyme… Vous vous attendiez à un formulaire d’inscription ??

  60. Meskin

    Non non mais j’ai fouiller pas mal sur le net et j’ai pas spécialement trouver un site ou un forum ou il étai possible de voir clairement les actions revendiqués par les anonymous et pouvoir y participer , en français surtout même si j’ai quelques notions d’anglais ce serait plus facile.

  61. Fabrice Epelboin

    @Meskin

    Vouloir rejoindre une organisation internationale sans parler anglais, ça ne va pas être évident, c’est la langue pratiquée par tout le monde en son sein…

    Pour ce qui est d’un site web, essayez celui-là : http://www.anonnews.org/

10 Trackbacks For This Post

  1. Tweets that mention Les Anonymous, première forme d’intelligence collective ? | ReadWriteWeb France -- Topsy.com :

    [...] This post was mentioned on Twitter by damien douani, sid 【ツ】 , Ya-graphic, Ecriture Web, Renard Mort and others. Renard Mort said: RT @rwwfr: Les Anonymous, première forme d’intelligence collective ? http://goo.gl/fb/yHBjH [...]

  2. Les Anonymous : Première forme d’intelligence collective ? - Snowleoo :

    [...] la suite et voir les vidéos sur Readwriteweb.com Partager avec tous vos amis : Sujets pouvant aussi vous intéresser : /* [...]

  3. Wikileaks – Une chance ? » GanoWorld :

    [...] qu’il faut choisir. Et voilà ! Si vous avez apprécié , je vous recommande aussi la lecteur de cet article sur les anonymous [...]

  4. Les Anonymous, première forme d’intelligence collective ? – Work Wild Web @ b2bWeb.fr :

    [...] Les Anonymous, première forme d’intelligence collective ? [...]

  5. Lettre ouverte à Frédéric Mitterrand, ministre de la communication. #SidiBouzid | ReadWriteWeb France :

    [...] l’heure ou les Anonymous, qu’il convient d’appréhender comme une expression collective et mondiale en faveur de la [...]

  6. Tunisie 2.0 : bootstrapping | ReadWriteWeb France :

    [...] d’opérations de grande ampleur, en passant, bien sûr, par l’opération OpTunisia des Anonymous, la révolution Tunisienne a pris, sur internet, une dimension [...]

  7. La Mare du Gof » Blog Archive » Actus Généralistes – 2010/S50-51-52 :

    [...] => Les Anonymous, première forme d’intelligence collective ?. 14/12/2010. «Il faut bien l’avouer, Wikipedia comme démonstration de l’intelligence collective, ça ne m’a jamais convaincu. Triomphe de la collaboration intelligente, sans aucun doute, mais dans le fond, rien de bouleversant. La somme des parties qui ont fait Wikipedia est largement supérieure au tout, en ce sens que si l’on rassemblait tous les esprits qui ont fait Wikipedia, ont pourrait, finalement, faire bien plus. Les Anonymous, eux, offrent une autre forme de phénomène collectif (…).» Source : rww.zergy.net/2010/12/14/prospective/les-anonymous-premire-forme-dintelligence-collective/ [...]

  8. Déclaration de principe des Anonymous | ReadWriteWeb French edition :

    [...] un texte assez clair qui reprend l’esprit de la déclaration plus belliqueuse faite à la veille du début de la révolution Tunisienne, les Anonymous s’adressent aux [...]

  9. Tunisie – Egypte : Peut-on vraiment parler de révolution 2.0 ? | Le blog du Communicant 2.0 :

    [...] Twitter revolution ? » – Foreign Policy – 14 janvier 2011 – Fabrice Epelboin – « Les Anonymous, première forme d’intelligence collective ? » – ReadWriteWeb – 14 décembre 2010 – Stéphane Bortzmeyer – « Peut-on [...]

  10. France 2 vs. Anonymous (MAJ) | ReadWriteWeb French edition :

    [...] A lire également : Les Anonymous, première forme d’intelligence collective ? [...]

Réagissez !

Politique de modération des commentaires

  • A propos
  • Best of
  • Buzzing
  • Tags

ReadWriteWeb est un blog dédié aux technologies internet qui en couvre l’actualité et se distingue par ses notes d’analyse et de prospective ainsi que par l’accent mis sur les usages et leurs impacts sur les média, la communication et la société. Il est classé parmi les blogs les plus influents de la planète par Technorati et Wikio. Publié en cinq langues, il s'appuie sur un réseau de correspondants locaux en Nouvelle-Zélande, aux Etats-Unis, en France, en Espagne, au Brésil, en Chine ainsi qu'en Afrique francophone. Ses articles sont publiés dans la rubrique technologie du New York Times.


Partenaires

hébergement infogérance Bearstech
af83





Appli iPhone


 

Recommandés



Activité sur le site