Une clef pour comprendre les évènements de Tunisie

Pierre Bellanger fut tour à tour un pionnier des radios Libres avec Skyrock au début des années 80 puis à nouveau pionnier des média sociaux avec les Skyblogs, l’un des plus importants média sociaux en langue française après Facebook, qui, au même titre que Facebook, a joué un rôle clé dans la révolution Tunisienne. Discret jusqu’ici sur le rôle joué par Skyrock dans les événements récents en Tunisie (tout en nous fournissant de précieuses informations), il nous livre aujourd’hui son analyse du rôle joué par le couple formé par sa radio, qui fut l’une des premières a expérimenter la libre antenne où les auditeurs participent aux contenus, couplée à l’une des plus importantes plateformes sociales francophones, dont l’activité a littéralement explosé à l’occasion de la révolution Tunisienne.

Le rôle clef de la France dans la révolution tunisienne n’a pas été vu. Il a été masqué par polémiques sur notre diplomatie et par la seule invocation des réseaux sociaux américains.

Chaque jour, pourtant, la nouvelle génération française démontre par Internet aux jeunesses francophones de par le monde que la liberté, le succès, la reconnaissance appartiennent à tous, quelles que soient ses origines, quels que soient les obstacles, et qu’il n’y a pas de fatalité. En direct à la radio – transmise par Internet ou échangée par cassettes – par millions de témoignages sur les blogs, l’expression libre sur la sexualité, les joies, les rires, les soucis, les sentiments, les injustices, le bonheur se font entendre partout. Certains, ici, n’y ont vu que trivialité et vulgarité ; là-bas, c’est en texte et en son, le goût de la liberté.

Les nouvelles générations des deux rives de la Méditerranée ont fusionné voici déjà quelques années pour ne former qu’un seul et même réseau culturel et électronique d’expériences et de sons partagés. La ressemblance générationnelle, identitaire, a propagé, par-dessus les frontières, une expérience démocratique unique. Ce vibrant réseau de jeunes anonymes partageant leurs existences est resté sous le radar. Il a fallu les évènements récents de Tunisie pour en révéler la magnitude.

Cet écosystème souterrain de blogs, de profils, de micro-messages, de musique, de radios, de séries télés, de vidéos, de photos transitant par Internet et téléphones mobiles bruit à l’unisson. Française, algérienne, marocaine ou tunisienne, la nouvelle génération kiffe les mêmes sons de rap et rnb, regarde les mêmes séries, les mêmes matches, écoute sur le web, la libre antenne de Difool et se retrouve sur des dizaines de millions de blogs publiés en français.

Et que disent-ils ? Pas de discours, pas de politique, pas de théorie, mais une immense envie de liberté, de reconnaissance, de s’en sortir, d’avoir son mot à dire sur sa propre vie et de ne laisser personne décider à sa place.

Méprisée souvent en France, discriminée, humiliée, la culture de la nouvelle génération et sa libre expression radio et Internet ont été au Sud, un moteur à suivre, un objectif : être libre. Même si des deux côtés, sans illusion, on partageait des frustrations semblables, des destins bloqués et le chômage.

La connexité du réseau a fondé une nouvelle génération consciente d’elle-même et informée en temps réel. La mixité des origines et des expériences échangées a instauré l’uniculture ouverte et mondialisée de la nouvelle génération francophone. C’est celle-là qui s’est embrasée l’occasion venue en Tunisie ; pour s’étendre ensuite, puisque soudain l’impensable devenait possible. Et chaque fois les écosystèmes électroniques se mettent en mouvement.

Sans nul doute, la nouvelle génération française a contribué à faire tomber le premier domino de ce printemps arabe. Et voici, en retour, que nous revient cette formidable entrée dans la politique d’une jeunesse qu’on disait désintéressée de la chose publique et qui a fait tomber en quelques semaines deux dictateurs.
Qu’en ferons-nous ? Laisserons-nous encore, ici, en France, la nouvelle génération sur le côté, déclassée et ignorée ? N’y a-t-il pas là un vide politique majeur ? Vide comme la place Tahir. Qui, un jour, fut noire de monde.

Pierre Bellanger
Fondateur et Président de Skyrock

(Cet article est sous licence CC-by-nc, illustration CC-by de jeepnovak2)


Recommandez cet article à vos amis

et rejoignez nous sur Facebook et Twitter...



34 commentaires pour cet article

  1. El Forkani

    c’est honteux de raconter des conneries pareilles… encore pire de se faire publier

    alors, on doit merci skyblogs, merci facebook, merci wikileaks… en gros, un arabe ne peut en aucun cas se révolter sans le soutien éclairé de l’homme blanc…

    auto promo pathétique

  2. Fatma BENMOSBAH

    Si j’ai bien compris votre article, en faisant son boniment pour vendre ses légumes, Bouaziiz écoutait votre radio francophone et c’est toujours en écoutant Skyrocks que les jeunes de Kasserien et de Thal se sont révoltés. Vous m’êtes sympathique dans la mesure où vous avez réussi à me faire rire, mais vous ne m’empêcherez pas de penser que vous êtes un vrai clown.

  3. Samsung

    C’est ce qu’on appelle en Tunisie: les parasites de notre révolution.

    Je suis navré mon cher président de Skyrock, que votre Radio n’a en aucun cas contribué à la révolution du Jasmin, et c’est hilarant de vouloir faire la promotion de skyrock en utilisant ces moyens, non, c’est pitoyable :’(

  4. AkimBey

    Bah c’est ce ce genre de personne qui a contribué a passer des radios libres des radios commerciales… ca a marché pour lui.

  5. Mohamed

    tu crois vraiment que skyrock, facebook, ou twitter sont eux qui ont fait la révolution tunisienne !!!
    sans ses moyens ont ne pourrais jamais se révolter !!!!! pfffffffffffff

    je te dis simplement : Dégage !

  6. jayge

    Je n’avais pas conscience du rôle joué pat mon pays avant la lecture de cet article. Mainteant tout s’éclaire á la lumière de cette propagande fumeuse, insipide et ridicule. Ouf.

  7. Anis

    Facebook et Twitter ont joué un rôle important dans la catalyse, le partage de vidéos, l’information et de mobilisation, cela est vrai.

    Mais le vrai rôle a été celui des jeunes tunisiens dans la rue, rien à voir ni avec la culture francophone ni avec la jeunesse européenne.

  8. Nadia

    Non mais vous croyez vraiment aux bêtises que vous racontez? La jeunesse tunisienne est très présente sur le web depuis l’arrivée d’internet dans les années 90. Forums, blogs, et plus tard facebook et twitter ont été utilisés pour communiquer et partager des informations sans aucune influence idéologique particulière venant de la France. Internet a connecté le monde entier, pas la France et ses anciennes colonies! Les internautes tunisiens ne doivent pas leur conscience à la France et surtout pas à des skyblogs qui sont synonymes pour nous de futiles gigotements superficiels!
    La révolution tunisienne a exploité le web pour diffuser l’information en l’absence des médias, point barre! la conscience est venue du coeur de la Tunisie et de nulle part ailleurs. L’égo démesuré dont vous faites preuve est une honte! Dommage qu’on vous donne une tribune ici.

  9. Khaled Tunisien est fier de l'être !

    j’espère au moins qu’on te paie bien pour ces conneries !!

  10. FREE_TUNISIAN

    La tunisie reste toujours libre et c’est pas grace aux connards qui disent n’importe quoi et n’importe quand. C’est pas lui qui donner sa vie pour la tunisie et non plus FBook ou Twitter ou peut importe !!!
    Laissez nous tranquille et vous en merder pas, OK !!!

  11. Sami

    Ca pue l’infomercial ce truc. Et ça chlingue!

  12. Fabrice Epelboin

    Mouis… en pratique, vous vous doutez bien que c’est la jeunesse d’Afrique du Nord et d’origine nord Africaine vivant en France qui s’est avant tout saisi d’outils d’entertainment tels que Facebook et Skyrock pour en faire des armes politique. Objectivement, il est ou le problème ? Qu’il n’y ai pas de système social strictement Tunisien ? C’est pas plus mal parce que du temps de Ben Ali, on imagine ce que cela aurait pu donner !!!

  13. Anis

    Jeunesse d’Afrique du Nord vivant en France ??
    Je pense qu’ils s’en foutent un peu de ce qui se passe en Tunisie au niveau politique… La Tunisie pour eux (et comme pour beaucoup de Français) est juste un club Med
    A mon avis c’est seulement les étudiants maghrébins (ou une population d’un certain niveau socio-culturel) qui s’intéressent à leur pays politiquement; et ceci n’est certainement pas lié au lieu/culture où ils se trouvent

  14. khediri

    c du n’importe quoi, des gens ont lutté et sont morts pour notre liberté et vous parlez du fb et skyrock, ne cherchez pas à uiliser notre revolution pour commercialiser votre skyrock

  15. wassym

    Je fais partie des tunisiens qui font une grande école en France.. vous savez, le genre d’école que les français rêvent d’integrer.. et sinon pour votre analyse..

    1. la jeunesse française n’a pas du tout influencé celle en Tunisie pour la simple raison que c’est une jeunesse majoritairement médiocre qui ne lit plus, qui n’a pas de culture générale.. et je sais de quoi je parle..

    2. Aucune révolution moderne ne peut être d’origine française pour la simple raison que la france galère de nos jours presque autant que les pays du sud de la Méditerranée.. avec 60% de sa population qui touche moins du SMIC, un régime autocrate, des médias instrumentalisés.. Un pluralisme politique illusoire, La France a besoin de révolution a son tour.. mais pour le moment l’individualisme l’en empêche..

    Je pense que vous nous donnez une illustration typique du veritable problème de la France aujourd’hui.. La france est dans la merde.. a des problèmes sur plusieurs plans.. mais au lieu de les assumer, y réfléchir et les affronter se plait dans le role de sucess story et modele a suivre.. alors que cette mise en scene ne leurre plus personne dans le monde.. sauf peut être les français eux memes..

  16. Lohiel

    @wassym Bien dit.

    Sinon, faut-il rappeler que ce sont les radios soit-disant « libres » mais en réalité commerciales qui ont détruit les radios libres de l’origine, issues des radios pirates que Mitterrand avait légalisées dans les premiers mois de sa présidence ? (c’est à dire au moment où il a fait quelques trucs bien, après ça s’est gâté)… on était un vrai laboratoire d’idées, solidaire, vivant, humain… la fête… vous vous êtes pointés et vous avez banqué pour nous écraser, récupérer un max de fréquences – puis niveler par le bas, en matraquant de la pub avec un brin de zique autour, par ici la bonne soupe… Déjà, la naissance de l’ultra-libéralisme prédateur, le fric contre la liberté.
    C’est pas joli-joli de profiter du fait que beaucoup de lecteurs et rédacteurs de rwwf étaient pas nés à l’époque pour vous poser en « pionnier des radios libres ». Perso, j’y étais – et je vous prierai aimablement de remballer vos bobards. On est de retour. Sur le web, y’a toute la place. Et maintenant, on a les crocs – et des jeunes qui sont encore de meilleurs « pirates » que nous ne l’étions. Et qui font trembler l’Empire.

  17. Fabrice Epelboin

    @Anis

    Ce n’est pas l’avis du gouvernement qui flippe qu’à force de se foutre de leur gueule et de les oppresser ils finissent par se rebeller comme leur petits camarades Tunisiens, Egyptiens, Lybiens…

    Je suis pas du tout convaincu que les ado Français, quel que soient leurs origines, se foutent de la politique. Ils se foutent de la politique telle qu’on la ‘joue’ en France, avec ses clivages idiots entre la droite et la gauche, souvent artificiels et montés de toutes pièce, mais pas forcément de la Politique en général.

    Sinon, il n’y a pas sur Skyblog d’étudiant avec un certain niveau culturel, à partir de 16-17 ans, ils déménagent ailleurs ;-) C’est d’ailleurs l’un des intérêts de Skyrock, on y trouve une population exclusivement composée de collégiens et de lycéens (et de CAP, etc), rien d’autre. Ceci dit, oui, comme leurs aînés, ils ne connaissent ni frontières culturelle ni barrière douanières :-)

    @khediri

    Commercialiser ? Skyrock a été vendu il y a déjà des années à AXA pour des centaines de millions. Connaissant Pierre Bellanger, c’est déjà dix fois plus que ce qu’il pourrait faire avec de l’argent. Ca fait bien longtemps qu’il n’en a plus rien à foutre, il en a suffisament pour l’éternité, s’il est resté aux commande de Skyrock, ce n’est certainement pas pour l’argent. S’il voulait faire encore plus d’argent, il gérerait sa fortune en bourse ou ferait ‘des affaires’. Il est multi millionnaire depuis longtemps et Skyrock c’est avant tout, aujourd’hui en tout cas, sa passion.

    @wassym

    Ha, un Atugien qui a mal vécu son éducation supérieure… Je comprends, j’ai moi même donné des conf auprès d’étudiants de l’Atuge en 2006… sur les réseaux sociaux… Le discours général faisait déjà état d’une intense frustration face aux perspectives fermés qu’offrait la France à l’époque. CECI DIT. Je doute fort que ceux qui se sont levé pour se révolter à Sidibouzid aient eu en poche un doctorat ;-)

    Votre point 2 est cruel mais juste. Ceci dit, là encore, personne ne prétend que tout cela soit d’origine Française (vous reprendrez bien un peu de droits de l’homme avec votre avion Rafale Mr Ben Ali ? Non ? Un missile sol-air alors ?)

    Sinon, je pense que vous jugez un peu vite cette publication, allez regarder le tag ‘tunisie’ ou un autre avant d’avoir un avis aussi tranché. Nous avons le même jugement sur la France, ses média, son individualisme forcené, la façon dont la solidarité y a été une fonction régalienne avant que celle ci fasse faillite faute de finance et laisse une société profondément déstructuré et sans valeurs, au point de s’enfermer dans un discours où la sécurité est préférable à la fin de dictatures honteuses. Les arabes d’aujourd’hui ont remplacé les juif de 1940, et la France est reparti pour répéter son Histoire. Un problème d’éducation sans doute (entre autre), ce qui renvoi à votre point 1.

  18. Fabrice Epelboin

    @Lohiel

    En pratique, on a un lectorat plutot âgé ;-)

    Imaginons (let’s have a dream) que le P2P et le partage de mp3 soit légalisé, vous ne pensez pas que des ‘pirates’ d’aujourd’hui émergeraient rapidement des empire commerciaux ? Same story, non ? Ca les rendraient moins légitimes dans 20 ans pour parler de l’influence du concept de partage sur la culture contemporaine ? Je ne crois pas…

  19. Lohiel

    >> En pratique, on a un lectorat plutot âgé ;-)

    Qui avait 20 ans à l’époque des radios-pirates (cad début des années 80)..? ceux que je connais de cet âge-là sont capables d’aller sur le net, oui, mais souvent ils restent à la surface et savent pas trouver l’info décalée. A 90% disons, ils ne st pas vraiment au niveau et restent sur la presse mainstream… les 10% restant étant ceux qui ont bossé dans l’informatique créative.
    Vous devez en avoir quelques-uns, forcément, mais sûrement pas l’essentiel de votre lectorat, qui logiquement devrait tourner autour de 30 ans, l’âge de la compétence ET de la conscience politique. Ce n’est juste « statistiquement » pas possible que vous attiriez plus de 50-70 ans :-)) que de trentenaires et assimilés.

  20. Fabrice Epelboin

    Oui, en gros… Perso, j’ai 40 ans, j’écoutais Skyrock quand c’était subversif et que j’étais ado, dans les années 80 (on doit avoir à peu près le même âge, non ?)

    RWW n’est pas vraiment de l’info décalée : on a 180 visiteurs uniques derrière le proxy de l’Assemblée Nationale, a peu près autant derrière celui du Sénat, on est dans la revue de presse de trois ministère, on passe régulièrement dans la newsletter de Stratégie… Oui, on a un lectorat assez âgé, bien plus que des revues comme Numérama. 50-70, c’est pas la majorité, mais 40, si. Bien sûr, il y a aussi des jeunes ;-)

  21. Pierre Bellanger

    Merci de votre lecture et des commentaires ;-). Je comprends les réactions de certains compte tenu des errements diplomatiques et autres. Mais la France ce n’est pas seulement son ancien Ministre des affaires étrangères, c’est aussi sa nouvelle génération … Il ne faut pas la mépriser au point de ne même pas lui accorder le fait d’être aussi « La France ». C’est aussi une erreur d’appréciation que de négliger les moins de dix-huit ans dénigrés dans certains commentaires. Par ailleurs, le centre de mon propos est la fusion internationale entre les nouvelles générations que je constate et c’est cela le fait majeur. L’influence est réciproque. Je passe sur les accusations de mercantilisme, ce qui est à mon sens hors-sujet car cela ne change rien à la réalité de ce réseau générationnel. Les grands mouvements de masse puisent leurs inspiration et leurs forces dans des sources multiples. Le réseau de la nouvelle génération francophone en fait partie. C’est positif car, la Tunisie, à son tour – au sens de sa nouvelle génération – inspire en retour de nouvelles prises de conscience. C’est d’ailleurs ma conclusion.

  22. Lohiel

    @Fabrice Epelboin

    Non, on a pas le même âge :-)) … et oui, c’est clair qu’il y a des « veilles internet » qui vous connaissent dans le monde politique, pas de doute… rwwf est effectivement un « gros truc » vu son audience internationale – et décalée, parfois entre les lignes… c’est pas sa principale qualité disons.
    Sinon, Skyrock n’a jamais été subversif – sinon de ce faux subversif touche-pipi qui fait vendre, mais qui casse pas trop pattes à un canard, sinon pour les gamins qui ont besoin de se déculpabiliser à certains moments de leurs vie. Un filon qui n’a cessé d’être creusé depuis, d’ailleurs. Par contre, ces mecs ont fait partie de ceux qui ont tout cassé de l’ancienne piraterie, juste pour le pognon. Qu’ils aillent au diable !

  23. logicos

    Le lien entre les « Radio Libre » des années 80, et Internet, m’a toujours semblé une évidence.

    Avec ses petits moyens, les « Radio Libre » ont été un révélateur que les lobbys et que l’élite intello-politique de France ne voulaient pas de *véritable* Liberté d’Expression.
    Le pretexte d’une limitation des frequences radio a achevé de tuer les « Radio Libres ».

    Des arguments similaires sont prévu pour Internet: le dimensionnement du reseau Internet ne nous permet pas de laisser la Libre Expression pour tous. Faites place au commerce.

    Ecouté (un peu) la liberte de l’epoque: http://radio.carbone.14.free.fr

  24. celine

    J’ai relu l’article deux fois avant de crier au scandale et à la déception… histoire de me dire que ceux qui commentaient avant moi l’avait fait peut-être un peu vite et sans faire un effort de compréhension.

    Mais finalement, c’est bien une grosse déception qui se profile. Personnellement, je ne trouve pas de légitimité à Pierre Bellanger pour s’exprimer en de tels propos, que je trouve non seulement déplacés, mal venus mais surtout « à couverture tirée » sur son produit qu’il tente de remonter dans les sondages. Ou alors, on y verra la tribune simple et sans arrière pensée d’un homme dont on ne parlait plus sauf par ses exploits judiciaires (oui je sais, c’est bas).

    Personnellement, je n’adhère pas et suis TRES déçue de ReadWriteWeb sur ce coup là. Espérons que ça ne soit que très occasionnel.

  25. Fabrice Epelboin

    @lohiel

    Skyrock est certes du subversif light, avec, à l’époque où j’étais ado, un coté touche pipi (‘ce n’est pas sale’) trèèèès loin du révolutionnaire, par contre, les usages qui s’y sont développé sont eux parfois assez subversifs. Facebook était de son coté un truc imaginé pour draguer, pas pour faire la révolution. Twitter, de son coté, était pensé pour être subversif dès le départ (coordination dans les manifs, l’idée est né suite aux manifs altermondialistes d’Atlanta)

    Facebook et Skyrock on vu les usages qui s’y développent exploser durant la révolution (ou depuis, pour être exact), la différence, c’est que la communication avec Facebook pour avoir des détails et des explications est quasi impossible, alors qu’avec Skyrock, c’est simple comme un coup de fil.

    A partir de là, Pierre Bellanger ne prétend en rien être un révolutionnaire, il dit juste que les usages qu’il a observé sur sa plateforme laissent penser à des phénomènes trans méditerranéens, ce que nous avons observé le laisse également penser. Nous avons échangé à ce propos durant la révolution et avons constaté que nous avions la même analyse.

    Certes, l’utilisation du terme ‘La France’ est maladroite, c’est son coté patriote de gauche, d’autant plus dificile à faire avaler qu’il est richissime, ce qui pour un homme de gauche est très mal vu, mais le connaissant, je vous garanti que c’est le cas.

    Au final, c’était la Voix du Lézard qui était subversif, Skyrock, c’était le passage du subversif au média, c’est dès lors devenu un truc générationel, et là où il a fait fort, c’est qu’il est resté générationel sur plusieurs génération et deux technologies successives.

    @Logicos

    +1 – on assiste à la même tentative de reprise en main SAUF que les ondes radio sont une ressource rare, par l’internet, et que la censure y est très difficile. N’oublions pas que la censure de l’internet Tunisien a poussé des tonnes de gens et une large partie des gamins à apprendre à utiliser des proxy (gracieusement distribués par Telecomix). Au final, ça s’est révélé une catastrophe pour Ben Ali, et il en sera de même pour Sarko.

    @celine

    En effet, c’est bas. Jettez un oeil à son bouquin, il est plus que légitime. Quand à RWW, vu les pressions exercés par certaines entreprises et le gouvernement, ce n’est pas évident que tout cela dure encore bien longtemps, vous direz quoi si tout cela disparaît ?

  26. iGor

    J’écouterais bien un peu d’zik, histoire d’adoucir les moeurs, un petit collage Aimé Césaire et Ekoué.
    http://id-libre.org/blogigor/wp-content/uploads/2011/02/C%C3%A9saire-Discours-Part-1.mp3

  27. Fabrice Epelboin

    @iGor

    Mais… c’est du piratage ! Voleur !!!

    Nan, je déconne…

  28. iGor

    Je ne suis qu’un barbare des Internets, je profite avant d’être sauvagement civilisé. J’me comprends. ;)

  29. Fabrice Epelboin

    Si tu viens des Internets, alors tout va bien ;-)

  30. wassym

    @Fabrice: juste pour préciser une chose.. pas tous les etudiants des Grandes Ecoles tunisiennes, francaises ou britaniques sont membres de l’Atuge.. et donc je ne suis pas et je ne serai probablement pas Atugien dans un avenir proche.. rien qu’a cause de leur absence de reaction suite a ce qui s’est passé en tunisie.. ( sous pretexte que l’Atuge se veut apolitique, ils ont manqué de soutien au peuple tunisien)
    Pour ce qui est des gens de sidi Bouzid, ayant eu la chance de les cotoyer durant les recents sit-in à el Kasbah.. vous accorderiez moins de crédit aux doctorats et autres diplomes si vous aviez eu 5min de discussion avec l’un d’eux.. Cela nous ramene à un débat classique.. L’education fait elle la culture?..culture dans le sens de comprehension et conscience.. Pink floyd ont vu que NON :).. j’ai de plus en plus de raisons pour croire qu’ils ont raison..

  31. Fabrice Epelboin

    @wassym

    Ils ont été absents, c’est clair, ceci dit, même si ma rencontre avec l’Atuge date un peu (2006) et s’est fait dans un contexte effectivement totalement apolitique (une conf que je donnais à l’époque à tout un tas d’étudiants destiné à les sensibiliser à l’importance qu’avait le phénomène web social, et que j’ai eu l’occase de donner auprès d’un groupe d’Atugiens), franchement, ils m’ont fait l’impression de gens diplomés ET cultivés. Bien sûr, ça se base sur un échantillon de 6 personnes avec lesquels on a été diner après la conf, donc c’est totalement arbitraire ;) Rétrospectivement, pas culture au sens de ‘conscience’, c’est clair.

  32. Thomas

    Bonjour,

    Je dois avouer que je ne vois pas trop l’envie de liberté qui règne sur Skyrock. Les programmes sont essentiellement de la musique, et Difool pour la radio libre.
    Or, Difool ça fait plus de 10 ans qu’il fait la même chose à coup de « je n’arrive pas à faire ça à ma gonzesse », « j’ai volé un téléphone dans ma classe, est ce que c’est grave? ». C’est peut être réducteur, mais appeler la radio libre de Skyrock c’est un peu comme poster sur un forum réservé aux ados, mis à part qu’on est limité par le temps d’antenne. Je pense que lors de cette émission, les vrais problèmes de la jeunesse maghrébine (voire française) ne sont pas abordés et qu’il est difficile de faire un lien avec les révolutions qui ont lieu dans le monde arabe.

    Pour ce qui est de Skyblog, j’avoue également ne pas voir trop d’envie de liberté, plutot une envie de s’afficher sur internet de façon simple, et très superficielle (à coup de « wesh cé moi é mé poto »). Je caricature certes, mais c’est l’impression que j’ai eu sur Skyblog.

    Je suis tout à fait d’accord quant au fait que la révolution en tunisie a été faite aussi grace à internet. Mais sur internet, je pense que ce sont surtout des gens éduqués, cultivés et intelligents qui ont su se servir des réseaux sociaux du net pour échanger sur leurs points de vue concernant le régime de Ben Ali.
    Le reste s’est fait dans la rue.

  33. Fabrice Epelboin

    Pour les vieux, la libre antenne a été (dans les années 80) un véritable espace de liberté, c’est la première fois qu’on entendait parler de sexualité et de tout un tas d’autres chose relativement taboues. Aujourd’hui, c’est clair que ce n’est plus le cas.

    Pour ce qui est des gens éduqués sur Facebook parlant du régime de Ben Ali et des ignares dans la rue sous les balles, franchement, vous vous trompez lourdement, très très lourdement.

  34. Thomas

    « Pour ce qui est des gens éduqués sur Facebook parlant du régime de Ben Ali et des ignares dans la rue sous les balles, franchement, vous vous trompez lourdement, très très lourdement. »
    Si ça concerne le dernier paragraphe de mon précédent commentaire, ce n’est pas du tout ce que j’entendais.
    Je parlais des possibilités qu’offre internet pour exprimer ses opinions par l’intermédiaire de blogs, de commentaires sur Facebook etc…
    Par l’intermédiaire d’internet, on peut plus facilement entendre l’opinion de gens qu’on ne connait pas, qui sortent du cercle plus ou moins restreint des connaissances réelles, qui bien souvent ne réprésente pas toutes les sensibilités qu’on trouve dans une société.
    Des opinions diverses, une possibilité de débat plus importante, une exaspération partagée, cela provoque à mon avis un effet boule de neige qui s’est répercuté dans la rue.

Réagissez !

Politique de modération des commentaires

  • A propos
  • Best of
  • Buzzing
  • Tags

ReadWriteWeb est un blog dédié aux technologies internet qui en couvre l’actualité et se distingue par ses notes d’analyse et de prospective ainsi que par l’accent mis sur les usages et leurs impacts sur les média, la communication et la société. Il est classé parmi les blogs les plus influents de la planète par Technorati et Wikio. Publié en cinq langues, il s'appuie sur un réseau de correspondants locaux en Nouvelle-Zélande, aux Etats-Unis, en France, en Espagne, au Brésil, en Chine ainsi qu'en Afrique francophone. Ses articles sont publiés dans la rubrique technologie du New York Times.


Partenaires

hébergement infogérance Bearstech
af83





Appli iPhone


 

Recommandés



Activité sur le site