Le Générateur Poïétique, Cybermandala des réseaux ?

Dans l’ancien monde, Olivier Auber est la fois artiste et ingénieur. Dans dans le nouveau, il préfère dire simplement « bricoleur » comme tout le monde.

Il est engagé dans de nombreux projets qui, disons, ont tous à voir avec la position relative de l’humain et de la technologie (bio).

Un appel est lancé sur KissKissBankBank, afin de produire une version libre du Générateur Poïétique pour l’internet mobile et des expérimentations dans la ville.

Le Générateur Poïétique est une sorte de « cybermandala temps réel », un jeu collectif synchrone. Son principe est très ancien, il est né avec le Minitel en 1886 1986, a été développé en version totalement acentrée sur une partie expérimentale de l’internet en 1995, puis il a été adapté au web en 1997. La version pour l’internet mobile qu’il s’agit de réaliser pourrait bien lui donner une toute nouvelle dimension…

Le Générateur Poïétique n’a rien perdu de son actualité, ô combien! Il s’agit en effet d’une sorte de modèle des « réseaux sociaux », qui on envahi la planète depuis quelques années et dont commence à comprendre l’importance… Contrairement à Twitter, Facebook, etc. qui centralisent jalousement les données des utilisateurs, notamment ce qu’on appelle le « graphe social », tout dans le GP est accessible, libre et ouvert, non seulement les données qu’il produit, mais aussi son logiciel. De plus, comme les expériences de 1995 l’ont montré, il peut fonctionner de manière totalement acentrée sur l’Internet (aucune serveur).

Pourquoi est-ce important que cette nouvelle version existe ?
Pour au moins trois raisons :

1 – Le Générateur Poïétique propose une expérience extrêmement intéressante, parfois même émouvante : chacun est confronté à tous les autres rassemblés dans une grande image fluctuante, imprévisible, qui s’auto organise étrangement et raconte des histoires… Avec la nouvelle version qu’il s’agit de développer, ce sont peut-être plusieurs milliers de personnes qu’il nous sera donné de contempler dans une même image, visible sur n’importe quel écran connecté, ou projetée en géant dans l’espace public.

2 – En tant que modèle praticable par tous, le Générateur Poïétique permet simplement de « mettre en perspective » le fonctionnement des réseaux sociaux commerciaux, leur dynamique et leur logique propres. C’est en cela un outil de « digital litteracy » comme on dit, c’est à dire d’(auto) éducation au numérique.

3 – Le Générateur Poïétique ne sera jamais directement un concurrent de Twitter ou de Facebook, ce n’est pas l’objet. Le GP est développé sous licence Art Libre (prédécesseur de la licence Creative Commons by-sa). Aussi, toutes ses briques, conceptuelles, logiques, esthétiques et logicielles peuvent être utilisées librement par qui veut dans le respect de cette licence.
Qui sait ? Ainsi le Générateur Poïétique pourra-t-il contribuer indirectement aux efforts que l’on constate partout pour mettre au point des réseaux aussi libres et acentrés que possible?

Enfin, précisons que depuis sa naissance, le Générateur Poïétique s’est toujours développé grâce à la passion, l’expertise et la bonne volonté de nombreuses personnes, indépendamment de toute entreprise, institution ou groupe d’intérêt. C’est véritablement une œuvre libre.

Pour apporter votre soutien au projet, ne serait-ce que symboliquement, c’est ICI Merci !
Pour proposer des mise en oeuvre dans la ville, contacter Olivier Auber : olivier.auber AT km2.net


Recommandez cet article à vos amis

et rejoignez nous sur Facebook et Twitter...



8 commentaires pour cet article

  1. leblase

    J’en ai un sur le blog, depuis maintenant des années, sous une forme très simple. C’est un truc sympa, bien dans la lignée de Raymond Queneau.
    Technique et poétique, c’est l’anti-réseau où l’on essaye d’accumuler les « amis » et « followers ».
    Gratuit, en quelque sorte, et même ego-free!

  2. Emmanuel

    Une personne ne connaissant pas le générateur poïétique pourrait vous dire qu’il manque quelques informations qui rebuteraient a s’y intérésser plus en détail ! Voilà qui est fait.

    je vais pour ma part de suite sur kisskissbankbank.com pour voir ce qu’il en retourne.
    Thanks

  3. Olivier Auber

    Cher @leblase, tu confonds le « Générateur Poïétique » et l’ « Agrégateur poïétique » qui en est une œuvre dérivée dûe à l’ami Yann Le Guennec. Mais c’est normal, c’est dans le même esprit ;-)
    http://anoptique.com/wiki/AgregateurPoietique

  4. Emmanuel

    Ah oui et aussi : 4ème ligne – « il est né avec le Minitel en 1886″ 1886 ? :)

  5. leblase

    Cher @Olivier, tu as raison. C’est l’esprit qui compte. Tout de bon;-)

  6. John Doe

    C’est quoi cet article?
    De l’autopromo déguisée en info?
    J’en veux PAS dans mon R/R/W!

  7. Olivier Auber

    @John Doe : de l’auto promo pour un truc libre qui permet de se poser de bonne questions sur les soit-disant « réseaux sociaux » et qui ne me rapporte pas un rond, on peut voir ça comme ça…

  8. yann

    @john Vous voulez dire que Olivier Auber serait l’ « auteur invité »? Et qu’une telle dissimulation du nom de l’auteur peut transformer ce qui pourrait être perçu comme une information en une tentative d’auto-promotion? Ce n’est pas idiot. Ceci étant, même dans le cas d’une dissimulation du nom de l’auteur, qui ferait ici que le nom de l’auteur du message est également le nom de l’auteur de la chose dont le message est l’objet : le message est-il dénué de toute information?

    En fait, comme le souligne @Emmanuel, il se peut que l’implication de l’auteur de l’article dans le développement de l’objet dont il est question, si elle est avérée, perturbe la mise à distance de l’objet dans le développement de l’information à son sujet. L’entropie de l’information soumise à la quantique numérique! Je ne suis pas neutre dans cette affaire non plus, comme tout inter-acteur dans le système avec/dans lequel nous interagissons, ici.

    A ce propos, ou presque, dans le fil, @leblase, le nom de domaine poietic-aggregator.com arrive à échéance dans un mois, et je n’ai pas les moyens financiers de le renouveler. ça va partir en couilles.

Réagissez !

Politique de modération des commentaires

  • A propos
  • Best of
  • Buzzing
  • Tags

ReadWriteWeb est un blog dédié aux technologies internet qui en couvre l’actualité et se distingue par ses notes d’analyse et de prospective ainsi que par l’accent mis sur les usages et leurs impacts sur les média, la communication et la société. Il est classé parmi les blogs les plus influents de la planète par Technorati et Wikio. Publié en cinq langues, il s'appuie sur un réseau de correspondants locaux en Nouvelle-Zélande, aux Etats-Unis, en France, en Espagne, au Brésil, en Chine ainsi qu'en Afrique francophone. Ses articles sont publiés dans la rubrique technologie du New York Times.


Partenaires

hébergement infogérance Bearstech
af83





Appli iPhone


 

Recommandés



Activité sur le site